La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
CULTURE
News
Tamazight
Littérature
Poésie

Congrès Mondial Amazigh

DECLARATION

Il aura fallu presque une année de souffrances jamais égalées depuis l'indépendance du pays, la perte de plus d'une centaine de vies humaines et des blessés par milliers, une région en état d'insurrection permanente, pour que le chef de l'Etat algérien daigne enfin "s'exprimer" publiquement sur la tragédie que vit la Kabylie.

Cette sortie médiatique de Mr Bouteflika, faite le 12 mars 2002 devant un public trié et des caméras en service commandé, intervient après que le pouvoir algérien eut constaté l'échec patent de sa "politique kabyle", une politique fondée à la fois sur la répression, les tentatives de manipulation de l'opinion et la corruption de quelques personnes, brutalement érigées en pseudo-délégués "dialoguistes". Ce discours est également prononcé au moment où le mouvement citoyen des Aarchs a décidé le rejet des prochaines échéances électorales.

Le pouvoir algérien qui s'est lui-même conduit dans cette impasse, tente aujourd'hui, par un discours démagogique et trompeur, de se trouver une sortie honorable en organisant un grand-messe digne des années de plomb, dont seuls les régimes totalitaires ont le secret.

Alors que la population attendait des actes concrets, avec notamment la satisfaction des revendications contenues dans la plate-forme d'El-Kseur, le discours présidentiel a été, une fois de plus, un discours vide de sens, sans annonce de décisions réelles ni échéancier précis, se contentant de multiplier les promesses dont les citoyens sont gavés.

Quelle crédibilité accorder à Mr Bouteflika, lui qui excelle dans l'art du double langage et des engagements non tenus ? N'est-ce pas lui qui avait promis la plus stricte application des conclusions du rapport Issad, alors que les assassins et les commanditaires sont toujours en fonction ? N'est-ce pas sous sa haute responsabilité que les marches pacifiques des citoyens de Kabylie ont été à maintes reprises sauvagement réprimées ? N'est-ce pas lui qui de manière méprisante et arrogante avait déclaré que : "jamais tamazight ne sera officielle…" ?

Il est par conséquent clair que ce « message à la nation » n'est que l'ultime manœuvre d'un pouvoir qui veut coûte que coûte ramener provisoirement le calme, le temps d'organiser le simulacre d'élections nécessaire pour assurer une légitimité apparente. Son prédécesseur n’avait-il pas signé un décret présidentiel pour la réhabilitation et la promotion de l’amazighité à la veille des élections présidentielles en 1995 ? Et nous savons actuellement où en est l’enseignement de tamazight à l’école. En réalité, il n’y avait aucune volonté politique pour concrétisation des dispositions dudit décret présidentiel. Veut-on rééditer le même scénario ?

Concernant la question identitaire, que l'on ne se trompe pas. Il n'y a aucune réelle avancée dans ce discours qui "découvre" enfin, en ce début de 3ème millénaire, que tamazight est une langue nationale en Algérie ! Le Congrès Mondial Amazigh renvoie Mr Bouteflika au point 8 de la plate-forme d'El-Kseur qui réclame "la satisfaction de la revendication amazighe dans toutes ses dimensions (identitaire, civilisationnelle, linguistique et culturelle) sans référendum et sans conditions et la consécration de tamazight en tant que langue nationale et officielle".

Sur ce point, le CMA a déjà interpellé les instances internationales depuis longtemps. C'est ainsi que lors de sa 27ème session tenue en novembre 2001 à Genève, le Comité des Nations Unies pour les droits économiques, sociaux et culturels a fermement recommandé à l’Etat algérien de "prendre toutes les mesures pour reconnaître la langue amazighe comme langue officielle".

Par conséquent, le Président est loin de satisfaire la revendication populaire de l’officialisation de tamazight et encore moins les autres points de la plate-forme d’El Kseur.

En définitive, devant l'attitude faussement conciliante du pouvoir algérien, le mouvement citoyen de Kabylie a toutes les raisons de demeurer vigilant. Les mois à venir sont plus que jamais chargés d'incertitudes et de risques de dérives répressives.

En tout état de cause, le Congrès Mondial Amazigh renouvelle son soutien indéfectible au mouvement citoyen des Aarchs de Kabylie dans son noble combat pour la liberté et la dignité. Le CMA ne ménagera aucun effort pour faire connaître les revendications légitimes contenues dans la plate-forme d’El-Kseur et susciter des solidarités internationales avec ce mouvement citoyen d’essence démocratique et pacifique.

Conformément à sa mission, le Congrès Mondial Amazigh, ONG internationale de défense des droits du peuple amazigh, saisit cette occasion pour alerter une nouvelle fois, Mr Koffi Annan, secrétaire général de l’ONU, Mme Mary Robinson, Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Mrs les Présidents du Parlement Européen, du Conseil de l'Union Européenne et de la Commission Européenne sur les graves menaces qui pèsent sur la Kabylie à court terme.

Paris, le 15/03/2002

Le Bureau du CMA.

source : http://www.congres-mondial-amazigh.org/


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact