La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Kabylie : Ouyahia garde le silence

La perspective d’un dialogue entre les délégués des archs, qualifiés par leurs pairs de “dialoguistes”, et Ahmed Ouyahia semble se réduire, au fil des jours, comme une peau de chagrin. Alors que l’on s’attendait, hier, à une réponse de la part du Chef du gouvernement sur la question des incidences posées par les archs, expurgées faut-il sans doute le rappeler des deux “préalables”, ceux de la révocation des “indus élus” et de la “défiscalisation” de la Kabylie, Ahmed Ouyahia s’est confiné dans un silence “assourdissant”.

Le Conseil de gouvernement, tenu hier, a, en effet, évacué de son ordre du jour la question des “incidences”. Et aucun mot, encore moins une simple allusion, n’a été soufflé. À telle enseigne qu’il est à se demander finalement si, en observant ce mutisme, Ahmed Ouyahia n’attend pas que les archs “lavent leur linge en famille” avant de s’engager dans un quelconque processus de dialogue ou, à l’inverse, il estime avoir réussi “sa mission”, celle de semer la zizanie dans les rangs des archs ? Une lecture qu’accréditent de nombreux observateurs de la scène nationale. A priori, Ahmed Ouyahia ne veut pas rééditer l’épisode cocasse du “dialogue taiwan”, d’où, de cause à effet, cet empressement des “délégués dialoguistes” à réussir le “dialogue de vérité” entre les deux ailes antagonistes du mouvement. Histoire également “d’arrondir les angles” et de trouver un minimum de consensus pour dégager les interlocuteurs d’Ouyahia qui soient les plus représentatifs possibles. Mais, force est d’admettre que cette entreprise est d’ores et déjà vouée à l’échec. Destiné à “dévoiler certaines vérités”, le conclave, prévu hier à Tizi Rached, n’a pas eu lieu en raison de l’absence des “antidialoguistes”. “Cette initiative cache mal des intentions de compromission de toute la population dans une démarche concoctée dans des officines occultes”, soutient cette aile du mouvement.

Si pour les “dialoguistes” ce conclave était préparé pour laver les soupçons qui pèsent sur eux, pour les “antidialoguistes”, il est hors de question de soutenir une démarche susceptible à leurs yeux de consacrer la division.
À Béjaïa, le Comité de la société civile d’El-Kseur, mené par l’une des figures marquantes du mouvement, en l’occurrence Ali Gherbi, a signifié publiquement qu’il se déplacera demain à Tizi Ouzou pour empêcher la présence de la CICB au conclave de l’Interwilayas prévu demain à Tizi Ouzou.

Par ailleurs, un conclave extraordinaire des “antidialoguistes” est prévu le même jour à Irdjen dans la même wilaya. C’est dire donc qu’au regard de toutes ces donnes, nul ne sera inspiré de parier un “dinar dévalué” sur les chances d’aboutissement du dialogue.
Et le pari d’Ouyahia serait déjà un échec. Reste alors l’objectif de miner le mouvement de l’intérieur, si telle est la stratégie, là on pourrait dire sans risque de se tromper qu’Ouyahia aura réussi un coup de maître. C’est pourquoi son mutisme d’hier prête à une double lecture.

Mais une chose reste cependant certaine : en l’absence de transparence et d’une volonté politique réelle de régler la crise, toute idée de dialogue ne relèverait que du mensonge, histoire de gagner du temps comme aurait dit Jules Renard dans Poil de carotte.

source : liberte, Karim Kebir


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact