La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

SIDI AÏCH : Jeûne et insalubrité

Pas besoin d'être un économiste pour conclure que le mois de Ramadhan est par excellence celui du commerce et de la spéculation, d'aucuns le savent du reste et c'est d'autant plus vrai à SIDI AÏCH, près de Béjaia.

Le ramadhan suit son cours avec ses journées mouvementées qui sortent de l'ordinaire. Des milliers de gens défilent journellement dans un mouvement qui les mène surtout le long de l'alignement des boucheries, des magasins d'alimentation générale, des échoppes de fruits et légumes, le souk, et l'on marche sur le bitumer car, parfois la circulation piétonnière est gênée ou obstruée par les paniers de pains, les étals de confiseries installés en plein trottoir. Les deux supermarchés de la ville connaissent aussi une forte affluence. Pas besoin d'être un économiste pour conclure que le mois de Ramadhan est par excellence celui du commerce et de la spéculation, d'aucuns le savent du reste.

Mais toute l'ambiance quasi-théâtrale et les emplettes démesurées qu'inspire comme par enchantement le mois de carême ont pour espace scénique une ville polluée en raison de la densité du trafic routier se déroulant en son sein, l'incinération de la décharge sauvage de chett, un lieu propice à la prolifération de rats, qui envoie des volutes d'une acre et indésirable fumée vers les pâtés de maisons situées au, dessous de l'hôpital Rachid Belhocine, et par autres puanteurs dues à la mauvaise évacuation des eaux à l'intérieur du marché, d'où leur stagnation et la formation de mares noirâtres, et celles émanant le long d'un caniveau en réfection. Tous ces facteurs intervenant dans l'état de salubrité de la ville de Sidi Aïch, laissent tinter avec insistance la sonnette d'alarme tirée par le service épidémiologie et de médecine préventive (SEMP) de la daïra territoriale portant le même nom, au vu de la mauvaise collecte des ordures ménagères à cause des pannes mécaniques affectant parfois le camion destiné pour cette tâche, et d'éclatement d'égouts laissant peser le risque de la contamination de l'eau de boisson.

L'on nous dresse aussi un tableau peu reluisant au sujet des marchandises aguichant les clients sous l'effet du jeûne, comme certains vendeurs de zalabias non soumis au contrôle médical et ne respectant pas les normes d'hygiène alimentaire lors de la préparation, les pains à la crème qui sont entre autres exposés à l'air libre, le pain exposé aux passants est manipulé par plusieurs mains à tort et à travers, et puis les marchandises ne sont pas protégées des poussières, toux, et insectes et il en est de même des viandes rouges, au marché ; le produit laitier et ses dérivés qui devront être conservés à une température comprise entre -8 (moins huit) et -4 (moins quatre) degré Celsius, sont aussi exposées, en certains cas, dans les conditions similaires et informe-t-on, en l'absence d'une poissonnerie digne de ce nom au sein de le ville de Sidi Aïch, le lieu choisi pour la vente de poissons en cette période de Ramadhan, est non conforme, et il est constaté que la papier journal est utilisé comme couvercle pour les cageots contenant le produit qui s'imprègne d'encre. Mais l'APC dont la devanture de son siège a maintes fois servi pour l'installation de marchandises semble incapable devant le fait accompli, et les agents et responsables du SEMP de Sidi Aïch au salaire insuffisant sont entravés par le problème de sécurité.

Nadour Youcef


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact