La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Kabylie: Etapes du dialogue pouvoir-aârouch

31 mai 2003 : L'actuel Chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, a adressé sa première invitation au dialogue à « ses frères des aârouch le dernier lors de la présentation du programme de son gouvernement à l'APN.
* Les aârouch entrouvrent la porte du dialogue de manière significative à l'occasion du sommet tenu les 26 et 27 juin à Amizour.

20 juillet : Le président de la République a officiellement invité le mouvement des aârouch depuis Sétif, où il effectuait une visite de travail, à « engager le dialogue avec le chef du gouvernement en vue de la mise en uvre de la plate-forme d'El Kseur dans tout ce qui ne porte pas atteinte à l'unité du peuple algérien et à l'intégrité de l'Algérie ».

14 et 15 août : Lors de la rencontre inter wilayas des 14 et 15 août à Raffour (Bouira), les délégués qui ont pris acte de la déclaration du premier magistrat du pays conditionnent l'entame du dialogue par la satisfaction préalable de six exigences, dont l'annulation des poursuites judiciaires contres leurs délégués, et le règlement du contentieux avec la Sonelgaz. Dans l'intervalle, les aârouch s'attellent à élaborer un document de mise en uvre et s'abstiennent d'actions de rue.
* Le processus ne prendra effet qu'au mois de novembre, à l'occasion d'un rendez-vous en trois temps organisé à Tizi Ouzou, et qui donne au chef du gouvernement un ultimatum d'une semaine pour le règlement des six préalables.
* Le chef du gouvernement invite les aârouch, à travers un communiqué, à constituer une délégation pour aller à sa rencontre. Les aârouch campent sur leurs positions, en consentant la concession d'élaguer la liste des préalables de deux points, dont la discussion est renvoyée à de prochaines discussions.

22 et 23 novembre : Réunion de l'interwilayas des aârouch à l'institut des technologieshôtelières de Tizi Ouzou. Un ultimatum de est adressé à Bouteflika le sommant de répondre à la satisfaction des six incidences comme préalable au dialogue : l'arrêt des poursuites judiciaires contre les délégués, le départ des indus élus entre autres. Les aârouch ont également entériné le rejet de la présidentielle 2004.

2 décembre : Réponse du chef de l'Exécutif deux jours avant l'expiration de
l'ultimatum dont le délai était fixé au 4. Et intègre les incidences retenues par les aârouch dans le dialogue et non comme préalable aux négociations.
4 décembre : L'interwilayas se réunit de nouveau. Les réponses du chef du gouvernement sont jugées insuffisantes sur le fond mais acceptable dans la forme.

16 décembre : Un autre communiqué du chef du gouvernement annonce, le 16 décembre, que ses services ont été instruits de trouver les solutions concrètes aux exigences des aârouch.

25 et 26 décembre : L'interwilayas des aârouch tenue les 25 et 26 décembre à Boudjelil (Béjaïa) adopte le principe de l'envoi d'une délégation à la rencontre du chef du gouvernement, dont la composante sera désignée ultérieurement. Une décision qui divisera le mouvement des aârouch, dont une partie reste hostile au dialogue.
27 décembre : Alors que les conflits avec la Sonelgaz sont définitivement levés, le parquet général annonce le 27 décembre la levée des poursuites judiciaires à l'encontre des délégués des aârouch.

29 et 30 décembre : Réunion de l'interwilayas à Bechloul. L'option de l'envoi d'une délégation du mouvement citoyen a été retenue.

R. N., le matin


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact