La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Kabylie : Qui sont les membres de la délégation des aârouch ?

Ils sont mandatés par l'interwilayas à « lancer » le dialogue pouvoir-aârouch afin de désamorcer une crise de kabylie née des événements tragiques d'avril 2001. Mohand Iguetoulen, Mouloud Boumekla et Saïd Chekhar représenteront la coordination des aârouch, daïras et communes (CADC) de Tizi Ouzou au premier round du dialogue. Qui sont-ils ? Quel est le parcours militant au sein des aârouch ? Sont autant de questions qui nourrissent les discussions à Tizi Ouzou. Mohand Iguetoulen, la trentaine, informaticien de son état, est natif du village Ibdache, dans la commune des Aghribs.

C'est au lendemain du déclenchement des événements tragiques d'avril 2001, raconte-t-il, que « j'ai rejoint la coordination localedes aârouch des Ath Djennad pour canaliser la colère de notre jeunesse lassée de subir les affres de la hogra dans un premier temps et ensuite accompagner le mouvement de protestation sans cesse grandissant à mesure que le pouvoir usait et abusait de balles assassines et de matraques, de bombes lacrymogènes pour étouffer toute forme d'expression. Il fallait mettre sur pied une organisation à même de porter le combat pour lequel des jeunes se sont sacrifiés. Et ce sont les aârouch. J'avais la ferme conviction que le mouvement allait être rassembleur et transpartisan. La Kabylie en avait assez des fractures et de la division. C'est la raison pour laquelle je me suis investi corps et âme dans la dynamique citoyenne ». Mouloud Boumekla, délégué de la coordination de Tizi Rached, est souvent qualifié de « militant infatigable ». Il est professeur d'EPS au CEM de Tizi Rached. Il a été « frappé, touché au plus haut point et scandalisé » par la terreur qu'a semée le pouvoir en Kabylie.

La dévotion pour le mouvement citoyen est telle que ce sera la coordination qui assurera pour longtemps la permanence de la CADC, notamment depuis que les troupes de M. Zerhouni ont investi les locaux du théâtre communal qui servait de siège pour la CADC de Tizi Ouzou. Saïd Chekhir, lui aussi, adhère au combat mené par les aârouch depuis le début de la crise de Kabylie. Il est délégué de la coordination locale des Ath Ghobri. C'est son expérience syndicaliste qui a fait de lui un avant-gardiste dans le mouvement de protestation. Il est clair qu'au vu tout ce qui a précédé, les figures de proue du mouvement citoyen ne prendront pas part à ce premier contact avec le Chef du gouvernement. Pour Belaïd Abrika de la CADC de Tizi Ouzou, « les délégués mandatés par l'interwilayas sont aptes à représenter dignement la Kabylie. Ils ont une responsabilité historique à assumer. Nous sommes de tout cur avec eux pour la réussite de cette mission » qui consiste à « aller signer un protocole d'accord sur les six incidences de mouvement ». La wilaya de Bouira sera représentée par Hakim Kacimi, du comité citoyen de M'chedallah, de Djaffar Abdedou, de Taghzout et de Bounadi Belaïd, délégué et ancien détenu de la ville de Raffour.

Celle de Béjaïa est composée de Khodir Benouaret, délégué d'Amizour, Mokrane Redjel, délégué d'Ath Melikèche, et Hachemi Mezouani. Khodir Benouaret a, dès le début, rejoint le mouvement. Il représente une commune importante. Ancien détenu, Khodir n'a jamais cessé ses activités au sein des aârouch.

Rabah Mokhtari, le matin


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact