La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
CULTURE
News
Tamazight
Littérature
Poésie

La Langue Kabyle

Regard en coulisse Jean-Pierre Léonardini Des tanks contre la langue kabyle. L'actualité, par définition perverse et polymorphe, souffle sans trêve le chaud et le froid. On apprenait jeudi, par une dépêche d'agence, que le tamazight, soit la langue berbère (mère de la langue kabyle), pourrait devenir langue nationale en Algérie, dès lors que la Constitution du pays serait amendée en ce sens.

C'est la principale des revendications issues du vaste mouvement de protestation parti de Kabylie en avril dernier, férocement réprimé dans le sang par la gendarmerie. Après trois mois d'émeutes, on avait compté une cinquantaine de morts. Cette concession du bout des lèvres - faite jeudi par le premier ministre Ali Benflis -- n'était donc qu'une nouvelle basse manouvre du gouvernement algérien pour désamorcer un élan qui ne faiblit pas.

Le lendemain, vendredi, quelque 5 000 délégués des villages de Kabylie convergeaient en effet vers Alger, afin d'y remettre leurs revendications au président Bouteflika. Ils ont été stoppés par des barrages de gendarmes. Des tanks avaient pris position en travers de l'autoroute reliant la province à la capitale. Dès l'aube, la grande poste d'Alger, d'où devait démarrer la marche, avait été occupée par la police. Tout rassemblement de plus de trois personnes était dispersé sans ménagement. Toute personne parlant kabyle était immédiatement contrôlée et plusieurs jeunes interpellés étaient conduits au commissariat. En tirant la langue et montrant les poings aux Kabyles, Bouteflika et ses généraux de l'ombre s'enferrent définitivement.

source : web - Une remarque au sujet du copyright? Merci de nous contacter.


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact