La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
CULTURE
News
Tamazight
Littérature
Poésie

La grande Kabylie : référénces

1 « Géographie culturelle et géopolitique en Kabylie », pp. 57-91.

2 Même si certains d’entre eux, comme des groupes armés du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat, de Hassan Hattab), peuvent trouver refuge dans quelques maquis de Kabylie (Dra el Mizan, Mizrana, Bouïra). 3 À 500 km au sud-est, dans l’Atlas Saharien, l’Aurès est peuplé par d’autres berbérophones, les Chaouïas

4 Dont on connaît un autre exemple en milieu méditerranéen : celui des roches Cyanées ou Symplégades dans le Pont Euxin : deux rochers qui, se heurtant, ont entravé le passage de Jason et des Argonautes.

5 Aujourd’hui, des islamistes s’y cachent parfois, comme récemment dans le gouffre d’Affourou, dans l’Haïzer.

6 Au col de Tizi Berth, où Sidi Mansour, Sidi Ahmed u Driss, Sidi Ahmed u Malek et Sidi ‘Abderrhamane el Yaluli séjournèrent dans une grotte encore fréquentée par les pèlerins.

7 Aujourd’hui, des immeubles à plusieurs étages couverts de tuiles mécaniques, ont remplacé les maisons anciennes en pierres.

8 La révolte de 1871, en grande partie menée par les Kabyles, dissuada de s’installer à leur voisinage.

9 C’est la représentation voulue, car, en réalité, le nombre de parts prises par chaque chef de famille, la mise aux enchères de la dépouille et de la tête, la contribution de chacun à la caisse collective sont moins égales qu’il n’est donné à voir (Lacoste-Dujardin, 2001).

10 Même si, dans la réalité masquée, la hiérarchie du village est, par ce rite, ré-instituée (Lacoste-Dujardin, 1976).

11 Le qadi est celui qui est chargé de dire la loi.

12 Je me suis fondée le plus souvent sur les évaluations les plus récentes, de Hanoteau et Letourneux (1973), tout comme l’a fait aussi Alain Mahé (2001, pp. 75-78).

13 Tribus : Mzala, At Mekla, Mkira, Rouafa, Azazna, Chilmoun, At Rouba, At Amran, At Chenacha, Iltaïen, Yahya ou Moussa, At Bouzouza, Irafan

14 Bordj : fort turc souvent installé dans les plaines et ponctuant leurs voies de communication à travers l’Algérie.

15 Attouch, At Sidi Hamza, At Saïd, Yaskren, At Msellem, Istiten, Cheurfa, Aâfir et At Aïssa Mimoun.

16 Tribus maghzen et zmoul : sortes de colonies fondées par les Turcs autour de leurs bords, qu’ils mobilisaient à l’occasion, car ces volontaires Arabes, ou Noirs, et Kabyles transfuges, leur devaient le service,armé et monté, moyennant un fusil, un cheval, et des terres de labour dans la plaine ; les zmoul étaient soldats dans les bordjs.

17 Tribus : At el Ader, At Ir’zer At Keda,

18 Tribus : Cheurfa g Ir’il, Ir’il Imoula, Mechras, At bu Adu, At bu R’erdane, At Mendes, At Koufi, At Smaïl, Frikat.

19 Voir note 15.

20 At Yenni, At Wassif, At Bu Akkach et At Bu Drar.

21 At Mangellat proprement dits, At Attaf, Akbil, At Bu Youssef.

22 Irjen, Akerma, At Ousammer (« adret »), At Oumalou (« ubac »), Awggacha.

23 At Abd el Moumen, At Ameur ou Faïd, At Mahmoud, At Douala, At Zmenzer, Iferdioun et Ihassenawen.

24 Même si l’on ne peut vraiment dire que le massif a donné son nom aux hommes ou si c’est l’inverse.

25 At Yala, Mechdala, At Ouakour, At Mellikech, At Amar, At Our’lis, Fenaïa, Mzala, Mezzaïa, entre autres.

26 y eu bien quelques potentats locaux comme les Belqadi à Kouko et les Ben Zamoun aux Iflisen Mellil, mais ils n’ont jamais possédé de très grandes propriétés et n’ont pas désarmé les paysans.

La suite

texte de : Camille Lacoste Dujardin.Article paru en novembre 2002 dans la revue Hérodote


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact