La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
CULTURE
News
Tamazight
Littérature
Poésie

La grande Kabylie : L’assemblée villageoise consensuelle

Dans les organisations politiques traditionnelles du village, ce sont les familles et non les individus qui sont représentés, et l’autorité de chaque participant à l’assemblée des hommes du village, la jemaâ, est, en premier lieu, fonction de la réputation de sa famille, du nombre d’hommes qu’elle comporte, et aussi de sa compétence personnelle dans l’art oratoire.

Car les décisions y sont traditionnellement prises au consensus, après que les hommes ont longuement discuté et jusqu’à ce que tous se rallient à une seule et même opinion, celle qui, la mieux défendue, a emporté la conviction et sera suivie de décision. C’est ainsi que les hommes d’âge, chefs de familles importantes (les iqurray n’taddart « têtes de village » ou « chefs »), pourvu qu’ils soient doués de sagesse et, surtout, de tamusni, « science du discours », ont, dans le passé, été les mieux entendus, réalisant une véritable gérontocratie. L’assemblée des hommes du village, la jemaâ , a toujours été la seule instance organisée de façon constante, avec des réunions périodiques régulières, dans un bâtiment propre, la tajmaât « maison des hommes » ; l’assistance y est obligatoire pour tous les hommes et représentants de chaque famille du village (à l’exclusion des femmes, sauf cas exceptionnel). La jemaâ décide des lois que le village se donne et sanctionne par des amendes les manquements à ces lois, commis par les membres du village, homme, femme ou enfant ; elle assure et gère aussi l’entretien des terres, chemins, bâtiments communs, des fontaines. C’est ainsi le consensus villageois, à défaut de majorité et de minorité et sans vote, qui résout et décide, à l’unanimité de principe, des affaires administratives, juridiques et politiques de chaque village. Cependant, puisque la langue tamazight ne dispose pas de l’écrit, l’oralité des affaires et des lois a toujours permis une grande souplesse d’adaptation selon l’occasion : rien n’a jamais été figé, tout a toujours été débattu, négocié, et, selon l’opportunité, adapté; il suffisait, pour cela, que tous les villageois se mettent d’accord. L’assemblée elle-même était présidée le plus souvent par l’amin, chef temporaire du village, le plus souvent le patriarche d’une famille honorable, respecté pour sa sagesse. Il n’y avait pas d’instance supérieure régulière. Un conseil de tribu, réunissant les responsables des différents villages pouvait être réuni lorsqu’un conjoncture particulière le requérait : un casus belli, une volonté de sécession d’un village, ou le désir d’adhésion d’un autre, une atteinte à l’honneur tribal ; mais, à ce niveau de l’aârch, la tribu, rien de régulier n’existait.

Aujourd’hui, la pression d’une jeunesse nombreuse

Ces jemaâs ont survécu jusqu’à aujourd’hui, malgré la guerre et la mise en place de structures administratives. Or, la gérontocratie d’autrefois s’y est trouvée dépassée. Car la population de Kabylie a beaucoup changé dans sa composition, du fait des multiples évènements du siècle dernier. En effet, l’émigration en France a très tôt séduit les hommes kabyles, poursuivant ainsi leurs déplacements traditionnels jusqu’en dehors du Maghreb. Ils ont été d’autant mieux à même d’aller travailler en France, qu’une politique de scolarisation en français a été, depuis la fin du XIXè siècle, tout particulièrement mise en place en Kabylie par le gouvernement français, plus précocement en Kabylie en l’absence de colonisation, que dans les autres régions d’Algérie où les colons s’opposaient à la scolarisation des indigènes. Très tôt, dès les années 1900-1910, des Kabyles ont été chercher jusqu’au delà de la mer, dans les usines marseillaises, parisiennes, ou dans celles des régions du nord ou de l’est de la France, les compléments de ressources que leur terre de Kabylie ne parvenait pas à leur fournir en suffisance. Les émigrants ont été, bientôt, surtout des jeunes hommes scolarisés, aptes à lire et écrire en français.

En conséquence de l’émigration et l’indépendance : beaucoup de jeunes

Ce fut d’abord ce que l’on a appelé « l’émigration noria », organisée par les familles, où un frère remplaça l’autre pour quelques années, souvent du plus âgé jusqu’au plus jeune, avant de revenir se marier au pays. Puis les hommes ont émigré plus durablement, pour une dizaine d’années ou plus, dans ce que l’on désignait, en Kabylie, comme « partir travailler à gagner de l’argent », mais toujours pour envoyer régulièrement les mandats à la famille, parents, frères et soeurs, femme et enfants, restés au pays. Sur ces entrefaites, la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) a pérennisé plusieurs années cette immigration masculine, tout en aggravant le déficit masculin sur place, en Kabylie, en ponctionnant sévèrement en hommes, victimes de guerre, la population locale. Enfin, plus tard, tout a changé à partir de 1975, où l’immigration dite « de travail », d’hommes seuls, a été interdite, tandis qu’était autorisé le seul « regroupement familial ». Les femmes ont alors rejoint leurs maris, puis les enfants ont suivi, ou sont nés en France. Ce changement de nature de la population kabyle immigrée en France a, en Kabylie, privé les familles étendues et nombreuses restées au pays, non plus seulement d’un ou deux hommes seuls, mais les a amputées d’un foyer conjugal qui en France, s’est installé durablement, avec un niveau de vie nettement supérieur à celui de Kabylie. Alors, les mandats envoyés à la montagne se sont faits moins réguliers, plus rares, leurs montants moins élevés, et le transfert de fonds de France en Algérie a considérablement chuté. Si bien que les hommes actifs, en même temps que les revenus de l’émigration et les ressources, ont bientôt commencé à faire défaut au pays. Et pourtant, en Algérie même, les familles kabyles, appauvries, ont encore, dans la vague démographique qui a suivi l’indépendance, vu naître de nombreux enfants qui ont survécu du fait de la réduction de la mortalité, comme du fait des émigrés de retour qui, souvent, se sont remariés à la fin de leur vie de travail à l’heure de la retraite et ont eu, sur place, de nouveau enfants, ou, du fait, plus simplement, des hommes et femmes restés en Algérie, jeunes devenus adultes. Car l’Etat algérien a attendu très longtemps avant de lancer et développer des campagnes de limitation des naissances, de sorte que, les conditions sanitaires s’améliorant, la mortalité infantile a régressé et la natalité a considérablement augmenté, jusqu’à faire prendre finalement conscience, aux autorités, de l’augmentation inquiétante du nombre des jeunes, prélude à un futur problème de la jeunesse. Si, après l’introduction de la contraception, la scolarisation accrue, y compris celle des fillettes, et les multiples changements dans les mentalités, la natalité diminue aujourd’hui réellement de façon spectaculaire, il n’en reste pas moins que le pic des naissances des années passées se ressent encore dans la pyramide des âges : au point que les jeunes de moins de 25 ans représentent, en 2001, 57 % de toute la population algérienne. En l’absence de nombreux hommes émigrés, ce sont ces jeunes qui, très nombreux et dynamiques, prennent à présent place sur la scène politique.

Les jeunes raniment les jemaâs villageoises où ils prennent le pouvoir

Désormais, dans les assemblées villageoises et même dans les rues des villages et des villes kabyles, ces jeunes sont très nombreux. Or, privés de possibilité d’émigrer, ils sont aussi privés de possibilité de travail, car le chômage sévit dramatiquement. Ils ne trouvent pas leur place dans l’agriculture ou l’artisanat local, jugés non rentables et de plus en plus abandonnés, non plus que dans l’activité nationale où ils ne peuvent être intégrés, si bien qu’ils demeurent aujourd’hui marginalisés. Alors, ils veulent faire entendre leur voix, réclamer leur place dans la société algérienne. Ils n’hésitent pas à prendre souvent la parole, et aussi le pouvoir, puisque, dans les assemblées, leurs voix conjuguées, leur détermination, leurs revendications, coïncident avec l’insatisfaction générale en Kabylie, si bien qu’ils emportent souvent l’adhésion.Or, dès l’indépendance en 1962, l’Etat algérien avait laissé ranimer officieusement les assemblées villageoises, croyant calmer cette Kabylie volontiers frondeuse qui n’avait guère été récompensée de sa massive participation à la lutte pour l’indépendance. Il est à penser qu’alors, et jusqu’encore aujourd’hui, l’Etat a prudemment jugé préférable de concéder ces expressions politiques, organisées sur le mode de la parenté sans dépasser le cadre du village, plutôt que d’encourager le développement de partis plus larges, fondés sur une adhésion à un programme préétabli, et aptes à réunir un plus grand nombre de partisans individuels, structurant un plus vaste mouvement, de dimension régionale, voire éventuellement nationale. Toujours est-il qu’aujourd’hui, du fait, ou non, de la bienveillance du pouvoir, les jeunes ont choisi de se réunir selon les modalités traditionnelles de ces jemaâs anciennes, qu’ils estiment encore constitutives de leur identité kabyle, et expressives des valeurs fraternelles et égalitaristes de leur culture.

Des Assemblées Populaires Communales aux aârch des « coordinations » actuelles.

En fait, plusieurs structures dépassant le cadre strict du village existent aussi aujourd’hui. Il y a d’abord les APC « Assemblées Populaires Communales » structures administratives, comme dans l’Algérie tout entière, créées au lendemain de l’indépendance, selon les modalités des communes françaises. En Kabylie, elles regroupent un certain nombre de villages (d’une dizaine à une quarantaine) et leurs membres sont élus par l’ensemble des habitants de la commune. L’APC est dirigée par un président (on l’appelle volontiers « maire ») élu par les membres de cette assemblée, et son secrétaire est nommé par l’État. Le plus souvent, les élus représentent surtout les familles les plus importantes du territoire communal, et ce n’est souvent qu’accessoirement qu’ils affichent l’étiquette de l’un des partis kabyles, comme le FFS ou le RCD, a fortiori celle des partis nationaux comme le FLN (Front de Libération Nationale) ou le récent gouvernemental RND (Rassemblement National Démocratique). À noter l’absence quasi générale en Kabylie, de votes favorables aux partis islamistes, spontanément interdits lors des précédentes élections municipales par certaines jemaâs de Kabylie, sous peine de bannissement des coupables, comme j’ai pu l’observer sur place. Mais, pour structurer leur mouvement de révolte, les jeunes, en ranimant les jemaâs ont donc choisi de négliger la moderne organisation communale des APC. Et, au delà des jemaâs, ils ont surtout été tentés par un système d’organisation traditionnelle, de dimension voisine de celle des actuelles APC, et qui ont eu effectivement quelque réalité dans le passé en regroupant plusieurs villages : ce sont les aârch ou « tribus » ; les jeunes ont même choisi parfois des organisations plus vastes encore sur le terrain, de nouvelles « coordinations de aârchs » . Il convient d’examiner le près ces anciennes structures auxquelles les jeunes ont choisi de se référer et qu’ils prétendent ranimer, afin d’en apprécier la validité politique dans les circonstances présentes.

La suite

texte de : Camille Lacoste Dujardin.Article paru en novembre 2002 dans la revue Hérodote


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact