La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Retour à la base citoyenne

 
EN boycottant l’interwilayas de Bounouh, la CCCW Bouira voulait en premier lieu attirer l’attention de l’instance suprême du Mouvement citoyen pour dénoncer "les graves dérives de certains délégués qui ont bafoué les principes directeurs du Mouvement citoyen en engageant la délégation des 24 avec les pleins pouvoirs, "ce qui avait incité les délégués de Bouira à quitter le Palais du Gouvernement lors de la rencontre avec Ouyahia.
dimanche 15 février 2004.

Le conclave de la CCCWB, qui s’est déroulé ce jeudi à Ahnif, avait pour objectif de définir la stratégie à adopter "face aux chefs autoproclamés de l’interwilayas". Les questions du contentieux de la Sonelgaz et des visites des officiels étaient à l’ordre du jour. De même, le rejet des élections présidentielles a été évoqué. Pour le CAS Raffour, il est évident que la daïra de M’chedallah reste l’une des seules régions où les officiels sont toujours déclarés "persona non grata".

"Lorsque Amar Tou, Saïd Barkat, Haïchour et d’autres ministres se pavanent à Tizi Ouzou, à quelques encablures de la demeure d’un célèbre délégué des Genêts et que ce dernier avoue que ces officiels sont venus en catimini, que penser alors de ce délégué fantôme ?", s’interroge Oulaïd B. Le CC M’chedallah, lui, exigera la présence de tous les comités de Bouira afin de prendre contact avec leurs populations respectives pour effectuer un compte rendu détaillé du dialogue archs-gouvernement. "L’interwilayas ne peut se dérouler sans la présence de Bouira, comme nous n’accepterons pas que Bouira joue le rôle de figurant dans cette structure. C’est une stratégie pour sauvegarder la souveraineté de Bouira et de l’interwilayas", avancera Hakim Kacimi. Le comité d’Ath Mansour, par la voix de Mourad B., ira plus loin en déclarant : "Le dialogue n’est que suspendu dans l’attente d’une réponse de la base citoyenne, seule habilitée à trancher sur la continuité ou la rupture du dialogue... Pendant ces longues heures de débats parfois houleux, les trois délégués présents parmi la délégation de Bouira qui ont pris part au dialogue ont été unanimes à déclarer : "Nos divergences (les cinq délégués de Bouira) avec le reste de la délégation concernent un problème de souveraineté. Nous ne sommes pas souverains pour décider de l’avenir du mouvement ni de l’Algérie.

Nous sommes uniquement de simples porte-parole de nos populations qui nous ont mandatés et auxquelles nous devons faire un compte rendu clair et précis. Seuls les citoyens sont habilités à trancher sur l’avenir du dialogue, et nous devons impérativement consulter la base citoyenne sur l’avenir du dialogue mais aussi sur la future échéance électorale car ce sont les citoyens qui rejetteront les élections et ce ne sont pas les délégués qui vont s’y opposer." Au cours des débats, Kacimi H. exhibera une bande magnétique qui, selon lui, contiendrait les preuves nécessaires à même de satisfaire les instances de l’interwilayas quant à la mainmise de certains délégués sur cette structure. il fut décidé à l’unanimité que les délégués de chaque comité de Bouira procède à une vaste campagne d’affichage et de meetings dans sa localité pour informer et consulter la base citoyenne sur la situation qui prévaut en Kabylie.

Hafidh B., LA DÉPÊCHE DE KABYLIE

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact