La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Tigzirt : Des projets de 140 milliards en souffrance

 
Dans le cadre de la relance économique, la ville de Tigzirt a bénéficié d’importants projets économiques, capables de lui assurer un sérieux sursaut en matière de développement et d’épanouissement social.
mercredi 21 janvier 2004.

LES projets dont a bénéficié la ville ont trait à des domaines stratégiques d’un montant global qui dépasse les 140 milliards de centimes. Le plus important est celui de la réalisation d’un nouveau port de pêche et de plaisance, pour un montant de 103 milliards de centimes. Son projet qui a connu des entraves ayant longuement retardé son démarrage a finalement été lancé officiellement en juin 2002 pour une durée de réalisation de 24 mois. Une durée qui a été réduite à 22 mois, quelques mois après. Le projet est d’une stratégie importante pour la ville capable de créer une dynamique économique d’un épanouissement d’un nouveau port pouvant permettre davantage l’accostage de challutiers et bateaux de plaisance. Il permettra aussi la création d’au moins 550 postes d’emplois. Plus de seize mois après le lancement des projets, les travaux patinent pour n’être que de l’ordre de 15 %, nous précise-t-on. L’autre problème auquel est confrontée cette ville, celui de la pénurie d’eau. Malgré le fait que la région recèle une réserve importante en eau cela n’empêche pas que les robinets soient souvent à sec. Pour cause, de mauvaise gestion des différentes chaînes d’alimentation, entre autres, l’abondante conduite de Benchoud, qui alimente la ville à partir de Dellys. Comme solution, la ville a bénéficié d’une station de dessalement des eaux de mer. Ce projet permettra la fourniture d’une moyenne de 3000 m3 jour, soit une moyenne de 250 litres par habitant, ajouté à cela la réalisation d’une réserve de 3000 m3. Prévue pour juin de l’année écoulée la mise en marche de cette station n’a pas eu lieu à ce jour alors que 21 milliards de centimes ont été déboursés pour son installation. Dans le cadre de la protection de l’environnement et de ses sites touristiques, la ville a bénéficié d’une station d’épuration qui devait être installée à l’ouest de la ville. Cette réalisation permettra la cessation du rejet des eaux usées vers les plages. Ainsi, les eaux usées de la plage Feraoun et de la presqu’île, seront refoulées vers Tassalest et traitées dans la station d’épuration. Ce projet a coûté à l’Etat une enveloppe financière de l’ordre de 12 milliards de centimes, son fonctionnement a été prévu pour le mois de mai de l’an 2003, mais à ce jour les eaux usées sont déversée sur les plages. L’autre problème qui fait de cette ville, une région enclavée, réside dans l’état de ses routes. L’exemple le plus édifiant, reste celui de la RN 72 reliant Tigzirt à Tizi Ouzou sur une distance de 40 km. La route n’est qu’une infinité de virages à travers des reliefs accidentés et une chaussée étroite et en détérioration avancée. Un projet de renforcement et d’élargissement de cette route a été inscrit au niveau de la DTP de Tizi Ouzou. Annoncé à plusieurs reprises, le chantier n’a jamais connu le jour. Comme conséquence, rares sont les touristes et les visiteurs qui se rendent à Tigzirt et les prix de transport, vers cette ville, sont les plus chers au niveau de la wilaya, avec 80 DA par personne. Ajoutez à cette route, le problème du pont de Bougie qui enfonce davantage plus la région dans l’enclavement.

M. M., LA DÉPÊCHE DE KABYLIE

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact