La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Béjaia : Les résidences universitaires dans la tourmente

 
Selon les syndicalistes, le recrutement à Irayahen devrait concerner surtout les vacataires en poste depuis de longues années dans les autres cités universitaires pour qu’ils puissent bénéficier de la permanisation dans leurs postes.
mercredi 21 janvier 2004.

LA situation matérielle des quelque 4 000 étudiants des résidences universitaires de Targa Ouzemmour, d’Ihaddaden, du 17-octobre 1961 et de 1000 lits, déjà pas très confortables en ces temps de froid, risque de se corser davantage vu que les travailleurs de ces résidences sont à leur 2e grève cyclique (la 1ère du 10 au 12 janvier et la 2e du 18 au 20 janvier) et que les choses ne semblent pas évoluer vers un dénouement heureux dans les prochains jours. Bien au contraire, la menace de la grève illimitée a été brandie hier au cours de la conférence de presse organisée à la résidence par le secrétaire général de wilaya du SNAPAP et les membres du bureau de wilaya du secteur de l’enseignement supérieur. Selon les animateurs de la conférence, la grève serait suivie par 90 % des 450 travailleurs sus-cités qui n’y ont recours qu’après avoir épuisé toutes les voies et procédures légales quant à son déclenchement. Les revendications des grévistes sont dans divers documents transmis aux instances concernées. Ces documents sont le PV de réunion du conseil syndical du SNAPAP du 18 novembre 2003, dans la plate-forme de revendications établie par la même instance en date du 17 décembre 2003 et dans la déclaration du 12 janvier 2004. En premier lieu, les syndicalistes lors de la conférence de presse réitère la demande de départ de H. A., qu’ils accusent entre autres d’un trou de plus de 2,4 milliards de centimes dans la gestion de la résidence universitaire de Targa Ouzemour durant l’année 2000 et d’avoir bloqué la situation financière et administrative des personnes affectées à la nouvelle résidence universitaire d’Irayahen. A ce même fonctionnaire, ils reprochent également le recrutement anarchique et opaque du personnel vacataire au niveau de la même cité. Selon les syndicalistes, le recrutement à Irayahen devrait concerner surtout les vacataires en poste depuis de longues années dans les autres cités universitaires pour qu’ils puissent bénéficier de la permanisation dans leurs postes. Par ailleurs, le système des quotas de logements sociaux (60 % pour les enseignants, 20 % pour les travailleurs de l’université et 20 % pour les résidences universitaires) les syndicalistes le trouvent injuste puisqu’il lèse surtout les travailleurs à bas salaire. Les animateurs de la conférence ont également insisté sur la nécessité qu’il y a de régulariser les arriérés des salaires depuis 2001 et d’allouer une enveloppe budgétaire suffisante pour les 12 mois de salaire du personnel vacataire.

B. Mouhoub, LA DÉPÊCHE DE KABYLIE

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact