La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Amara Benyounès clôture sa campagne électorale à Alger

 
Rédha Malek, président de l’Alliance nationale républicaine (ANR) et Amara Benyounès, secrétaire général de L’Union pour la démocratie et la République (UDR) ont animé un débat à la salle omnisports d’El Biar à Alger.
mardi 15 mai 2007.

"La clôture de cette campagne électorale est une fête pour une nouvelle Algérie démocratique, avec des hommes choisis par la population", a déclaré en substance Rédha Malek. "Le réveil républicain est aujourd’hui devenu une réalité. Et l’alliance républicaine est en marche". a-t-il soutenu. Pour étayer ses propos, il a insisté sur "un point important "qui est la conscience du peuple algérien. "Notre peuple est aujourd’hui éveillé. Il réclame et demande du changement", a-t-il précisé, ajoutant que "ces élections sont une opportunité " pour le peuple de choisir et d’élire de nouvelles figures aptes à assumer leur rôle. Convaincu, le président de l’ANR dira que "ce n’est pas une affaire de programme, mais c’est le choix des hommes qui est fondamental", a-t-il encore affirmé, sous les applaudissements de l’assistance.

Entamant son discours, le leader de l’UDR a été interdit de passage à la Télévision censée pourtant être un service public. "Vous êtes témoins, aujourd’hui, et comme de coutume lors de cette campagne, on m’a interdit l’accès à la Télévision." Amara Benyounès s’est voulu toutefois rassurant, encouragé par le vibrant accueil que lui ont réservé les militants et les sympathisants de son parti et ceux de Réda Malek : "Je leur dirai qu’avec ou sans l’Unique on gagnera". "Pour votre gouverne, je vous fais savoir qu’avant-hier, j’ai accordé un entretien à une chaîne étrangère, alors que les représentants d’autres formations politiques habitent la chaîne nationale, mais aussi d’autres chaînes étrangères dont El Djazira, connue pour ses accointances avec les terroristes", a-t-il dénoncé.

Evoquant l’Alliance présidentielle, l’ancien ministre de la Santé et des Travaux publics s’est interrogé "comment peuvent-ils changer le pays pour le meilleur ?" "Ils viennent aujourd’hui faire des propositions pour sortir l’Algérie de la crise, baisser le taux de chômage..., ils ont oublié ou oublient que c’est eux qui gouvernent depuis des décennies", a-t-il tenu à souligner. Sur la question de la fraude, le secrétaire général de l’UDR a estimé que l’unique solution pour l’éviter, justement, c’est la participation massive aux prochaines élections du 17 mai. "Plus le taux de participation est élevé, moins on peut frauder", a-t-il noté. Il réitérera sur ce point le fait que des démocrates appellent au boycott au moment où la mouvance islamiste s’appuie généralement sur un électorat fidèle et discipliné. "Il faut aller aux urnes, cela nous évitera beaucoup de malheurs...", assène le SG de l’UDR.

Avec La Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact