La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Crise à l’APC de Béjaïa

 
Crise à l'APC de Béjaïa. (JPEG) L’impossibilité pour les élus de l’APC de Béjaïa de réunir le quorum requis, les querelles d’élus qui se regardent en chiens de faïence tiennent à la personnalité controversée du P/APC, Abdelhafid Bouaoudia.
jeudi 29 juin 2006.

La lune de miel, le consensus truffé de non-dits, certaines apparences d’unité au sein de l’APC de Béjaïa, le souci de préserver une cohésion toute virtuelle, tout cela appartient désormais au passé. L’avortement de la session ordinaire de l’APC hier, pour la deuxième fois, a mis à nu les contradictions latentes et manifestes d’une assemblée disparate où tendances hétéroclites, intérêts partisans ou autres, calculs divisaient plus qu’ils ne réunissaient les élus autour d’urgences qui ne sauraient souffrir d’aucun ajournement supplémentaire.

L’annulation donc de la session d’hier aura été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, car de larvée, la crise est apparue au grand jour. L’impossibilité pour les élus de réunir le quorum requis, les querelles d’élus qui se regardent en chiens de faïence tiennent à la personnalité controversée du P/APC, Abdelhafid Bouaoudia. Le clivage se décline en termes de pro et anti-P/APC. Ses soutiens, FFS, RCD et la liste indépendante “l’Ame de Béjaïa” arguent, se refusant à faire référence à tout blocage, que l’APC est active, citant à l’appui les nombreux projets lancés ou en instance de l’être. Pour eux, la principale contradiction se pose en terme d’intérêts, car l’APC se divise en deux clans : ceux qui s’échinent à la tâche (eux en l’occurrence) et les autres qui pour des vétilles bloquent pour bloquer. Et d’évoquer l’argument “futile” du portrait du P/APC, accroché bien en évidence, dans la salle de délibération, à côté de celui officiel du président de la République. Puis, tombant dans les travers de l’apologie, ils se félicitent de ce qu’il ait dépouillé les vice-présidents de leurs prérogatives...

Presqu’au même moment, à l’autre bout de la ville, la dissidence menée par le FLN (4 élus), la propre formation du P/APC et les deux indépendantes “Tofal” et “Echemaâ” proclamait ouvertement en présence de représentants de la presse locale, la rupture avec le premier édile de la cité. Pire, les élus FLN ont décidé de lui retirer leur confiance. Dénonçant l’état de crise latente, longtemps passée sous silence par souci de préservation d’une unité qui s’est avérée au bout du compte factice et de façade, les opposants au P/APC, onze élus au total (sur 23) ont ainsi décidé de crever l’abcés, de porter l’affaire devant qui de droit, le peuple et les autorités. Cette réaction se veut une réponse appropriée aux nombreux “dépassements et au mépris affichés” par le Président de l’APC de Béjaïa envers l’assemblée et l’exécutif. Preuve de “l’estime” qu’il porte à ses pairs, il n’assiste jamais aux réunions. Les causes des nombreux dysfonctionnements observés et observables ne sont pas à chercher plus loin.

Un élu ira plus loin en l’accusant d’avoir folklorisé et dévalorisé la fonction de maire. “Il gère comme un potentat”, poursuivra-t-il avant d’ajouter : “Il engage des dépenses en dehors du budget”. Un autre parlera de “non-gestion”. Mais, il est dit que le meilleur sera pour la fin, lorsqu’un vice-président parlera de l’existence d’un exécutif parallèle, une sorte d’“opus dei”, étranger à l’APC et qui siège, lui, après 17 h ! Accusations graves qui nous renvoient aux sociétés secrètes, véritables pieuvres et qui détiennent finances et pouvoirs. Les accusations sont nombreuses et épousent parfois les mêmes contours. Il ne s’agit pas tant de trancher ou de porter un jugement des enjeux de l’APC et le temps restant s’apparente à une broutille, eu égard à l’ampleur des tâches à accomplir.

Par la Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact