La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Mairie de Larbaâ Nath Irathen : Détournement ou mauvaise gestion ?

 
Restée depuis des mois larvée, l’affaire a été découverte par un élu de l’APC de Larbaâ Nath Irathen, en charge de la mise à jour et l’établissement de l’inventaire des matériaux de construction et du parc roulant.
jeudi 29 juin 2006.

“Détournement ou mauvaise gestion », tel est le tube-phare de ce début d’été caniculaire, repris en masse ces derniers jours dans les cafés, places publiques par des citoyens aussi bien à l’échelle de la commune dont la municipalité se trouve être l’arène de cette controverse, qu’au niveau de la daïra de Larbaâ Nath Irathen. La zone d’ombre se situerait à en croire certaines sources indiscrètes, au niveau des services du Parc communal, principalement dans son chapitre gestion.

Ainsi, de sources proches de l’administration communale indiquent qu’une facture d’un montant de 78 millions de centimes, représentant plus de 100 tonnes de ciment et qui, seraient destinées aux villages, a été découverte au fond des tiroirs « entachée d’irrégularités ». Cette dernière n’aurait pas fait l’objet selon les mêmes sources d’opérations d’apurement et de contrôle de la part des services concernées. Restée depuis des mois larvée, l’affaire a été découverte par un élu de l’APC, en charge de la mise à jour et l’établissement de l’inventaire des matériaux de construction et du matériel roulant. Ce dossier aux relents scabreux, portant sur un détournement à grande échelle d’une grosse quantité de ciment, nous dit-on, est entrain de fournir actuellement et chaque jour, des éléments qui ne manqueront pas, prévoit-on, de révéler tous les tenants et aboutissants.

Nos informations rapportent également que divers matériels et des pièces détachées autos, auraient disparus du parc, à tel enseigne qu’il est devenu un cimetière de ferrailles. Des bus, des camions sont mis sur cales et agonisent depuis des lustres, et ce nous explique-t-on par manque de pièces de rechange. « Ici chacun fait comme il veut, il n’y a pas de chef », nous dit un agent en poste depuis des années. Même le magasinier désigné par le P/APC pour prendre les rênes de ce parc est réticent pour ces nouvelles fonctions. Pour lui, il n’est pas question de prendre le train en marche, tant que les passations de consignes ne sont pas faites.

Pour un élu à l’APC que nous avons contacté et qui a voulu requérir l’anonymat, sur d’éventuels éclaircissements, il ne s’est pas montré aussi taciturne comme à son habitude, éliminant de fait son appréhension, quant à un éventuel niet de nous entretenir de cette situation qui éclabousse ces jours-ci sa commune. Une commune qui, malgré ses moyens colossaux, ne s’est pas bien distinguée comme bon nombre de ses consœurs. Notre interlocuteur a tenu à affirmer dans des termes clairs qu’une commission d’enquête est souhaitable sur les lieux, et ce pour mettre fin à toutes spéculations et surtout situer les responsabilités”. En tout état de cause, nous tiendrons informés nos lecteurs des éventuels rebondissements de l’affaire que l’on dit déjà à croire certaines “langues” relever de « détournement et pour d’autres de mauvaise gestion », pas plus que cela.

Par la Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact