La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Aïn El Hammam : les surveillants du bac mécontents

 
Les enseignants concernés par la surveillance du baccalauréat à Aïn El Hammam viennent de recevoir des convocations les priant de se présenter aux centres d’examen du 10 au 15 mai prochain.
lundi 8 mai 2006.

Contrairement aux années précédentes, il se trouve que cette année, les PES ont été envoyés dans des lycées éloignés de leurs lieux de résidence. Ce qui n’est pas pour plaire aux concernés qui auraient aimé éviter les déplacements fastidieux et coûteux. C’est dans le souci d’assurer le déroulement des épreuves avec le plus de rigueur possible et d’éviter que les élèves soient en contact avec des enseignants de leur connaissance que l’administration aurait pris cette mesure.

Des enseignants de Ain El Hammam, que nous avons rencontrés, émettent cependant certaines réserves, à notre sens justifiées. Les surveillants sont appelés à se présenter, chaque jour, à sept heures trente, au plus tard afin d’être prêts pour le début des épreuves avant huit heures. Cependant, l’académie, en désignant les surveillants, n’a pas pris en compte les difficultés de transport. Le cas des professeurs d’Ain El Hammam, qui doivent rallier Tassaft ou Iferhounène et même Larbaâ Nath Irathen pendant toute la durée de l’examen, posera des problèmes de retards et même d’absences aux chefs de centre.

Les moins chanceux sont désignés pour se rendre à Mekla, région la moins desservie à partir de l’ex-Michelet où il n’existe pas de ligne de transport par taxis collectifs. Même si les fourgons de transport assurent la navette sur certaines de ces lignes en milieu de journée, ce n’est pas le cas le matin de bonne heure ou tard le soir. La solution réside dans la location de taxis ou de fourgons pour arriver à l’heure aux centres d’examen. La prime de surveillance octroyée aux enseignants ne suffira pas à couvrir ne serait-ce qu’une partie des dépenses. Les maîtres seront contraints encore une fois, la mort dans l’âme, de mettre la main à la poche, eux dont le salaire est déjà si bas.

Par la Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact