La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Grandes convoitises sur Yemma Gouraya

 
Yemma Gouraya (JPEG) Bougiotes et pèlerins de la vallée de la Soummam et d’ailleurs, mettent à profit l’extraordinaire beauté de ces journées printanières pour renouer avec la visite du sanctuaire de leur sainte Yemma Gouraya.
jeudi 4 mai 2006.

L’ivresse propre à l’altitude ajoutée à la solennité des lieux font qu’un sentiment indicible de bien-être, de plénitude incomparable gagne la foule. Cela fonctionne, rapportent les pèlerins, les vrais, comme si après avoir mis à bas tous les polluants de l’existence, les corps repartent revivifiés, régénérés, tonifiés car débarrassés de tout ce qui met à mal l’esprit. Si certains ont recours à la transe, pour la plupart, le mausolée fonctionne un peu comme un dérivatif, un dévidoir de stress, chargé tout spécialement de ruiner les plans du “malin”.

Vrai ou faux ? Le problème n’est pas là. Ce qui importe, c’est ces centaines de visages transfigurés comme touchés par la grâce, qui en longues files refont le chemin inverse vers la ville, qui chantant, qui psalmodiant des vers hermétiques, qui riant aux éclats. A chacun sa Lourdes, sa Fatima ou son Saint-Jacques de Compostelle ! Et pourtant, ce n’est là que la partie visible de l’iceberg, car ce qui se passe au quotidien dans ce vénérable sanctuaire est entaché de l’ensemble des tares propres à l’humanité qui, décidément, ne respecte plus rien. La lutte sourde, underground pour le contrôle des lieux et de l’importante manne qui se déverse sans discontinuer, relève plus de mesquineries bassement humaines que d’une quelconque dévotion où la spiritualité le dispute à l’élévation des âmes et au détachement conduisant à l’illumination...

Depuis qu’une mégère, elles étaient deux, fait valoir des droits “historiques” sur les lieux arguant de 18 ans de présence sur les lieux a lancé une OPA (offre publique d’appropriation !) sur le mausolée, c’est la guerre, à coup d’arrêtés d’attribution qui n’existent d’ailleurs pas et déclamés à tout bout de champ de chasse aux faussaires par les forces de l’ordre et de pèlerins décontenancés. En fait, la gestion des lieux n’a jamais été clairement établie. Et ce n’est pas l’obscure et peu efficace association des amis de Yemma Gouraya qui nous contredira... L’APC, de son côté, ne s’est jamais départie d’une attitude faussement neutre. Les enjeux, la cagnotte sont tels qu’il n’est pas trop de toute une famille pour surveiller et régenter un peu tout ça.

Si la mère dont les pratiques charlatanesques et ses faux dons de devineresse ne sont un secret pour personne s’occupe du ramassage du denier du culte, le père ces jours-ci fait office de vigie, haut perché, guettant l’arrivée des gendarmes et le cas échéant, sonner le tocsin pour que son épouse de femme, déclarée persona non grata par les autorités, puisse prendre la poudre d’escampette.

Il y a réellement quelque chose de pourri au royaume de Yemma Gouraya où une famille, une seule, drivée par une bonne femme incapable de dire un mot sur la sainte des lieux, fait main basse sur le denier du culte, ne tolérant comme de juste aucune concurrence poussa la mesquinerie et la voracité à un point tel que rien de tout ce qui rentre comme offrandes en nature est mis soigneusement de côté, nonobstant la cohorte de miséreux terrorisés que seule la nécessité pousse à grimper les contreforts escarpés du fort.

Par la Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact