La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Tamazight : une langue, un ciment

 
Toujours suite aux accords du 22 avril 1995, le président a créé par décret, publié dans le Journal officiel, le Haut commissariat à l’amazighité (HCA).
jeudi 20 avril 2006.

Ces jeunes tentent de travailler. Le cadre leur est hostile mais ils ont des convictions et parfois des oreilles attentives, comme c’est le cas du ministère de la Culture, à sa tête Khalida Toumi. Ce département leur prête main-forte dans l’organisation du festival national du film amazih mais aussi et surtout dans l’édition de dizaines de livres en langue amazighe.

Le HCA organise aussi annuellement le Salon du livre amazigh et a à son actif, plusieurs colloques sur l’histoire et sur l’enseignement de tamazight. Le HCA est sans président depuis plus d’une année, rappelons que cette institution est directement rattachée à la présidence de la République et ne travaille jamais avec l’INALCO, contrairement à l’IRCAM marocain, pour des raisons qui n’ont jamais été rendues publiques. Le HCA édite Timuzgha, une revue mensuelle qui jusqu’à un passé récent n’ouvrait ses colonnes qu’à des militants d’un parti politique, avec lequel le secrétaire général du HCA a de larges affinités.

En juin 1995, la Télévision algérienne diffuse le 1er journal télévisé en tamazight, une action qui figure dans les accords du 22 avril. Depuis la constitionnalisation de tamazight comme langue nationale, il a été annoncé le lancement d’une chaîne de télévision en berbère qui diffuserait six heures par jour. Pour des raisons inconnues, la chaîne ne voit pas le jou, bien qu’un directeur ait été désigné et des programmes réalisés. Un centre national d’aménagement linguistique pour l’enseignement de tamazight a été créé. Son directeur est le Dr Abderezak Dourari. Ce centre qui dispose de locaux à Alger, est toujours inopérationnel, car le Dr Dourari a fait une proposition pour changer ses statuts. Ce centre a toutefois, organisé quelques journées, d’études avec des spécialistes.

En Algérie, il existe deux départements de langue et culture amazighs, l’un à l’université de Béjaïa et l’autre à Tizi Ouzou. Un autre centre pour la formation supérieure d’enseignants en tamazight a été ouvert à Ben Aknoun mais les étudiants ne se bousculent pas devant son portail.

D’après la Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact