La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Les ports d’Azeffoun et de Tigzirt saturés

 
Les ports d’Azeffoun et de Tigzirt saturés avant leur réception.
mardi 21 mars 2006.

Le port d’Azeffoun ou ce feuilleton égyptien de...20 ans Jeudi dernier, milieu d’après-midi. La ville d’Azeffoun était enveloppée de son habituelle brume marine en ces temps printaniers. Le climat hivernal dessert encore de ses beaux restes chatoyants la localité. Les habitués des lieux n’y font pas trop attention. Du côté du port, sur le quai, les marins-pêcheurs s’apprêtent à faire leur sortie en mer. Pas le temps de trop converser. Les moteurs des embarcations ronronnent. "On n’a pas de boulot de rechange, et puis on aime ça. La mer, la pêche c’est une passion, un mal dont on ne guérit jamais", nous balançait ce jeune qui enfilait sa combinaison à bord d’un chalutier.

Visiblement las des tracas bureaucratiques, il dira qu’il n’attend plus rien de l’Etat, mais plutôt de Dieu. "Pourvu que le temps ne se gâte pas, le reste on n’espère plus rien. Ils se partagent tout entre eux, dans les salons. Qu’ils s’amènent un jour ici pour voir, vivre et affronter la mer". L’anonyme n’en dira pas plus. Les trois bateaux quittent le port en file indienne, telle un cortège en route pour chercher la mariée. Sur le quai, des bambins s’adonnent à leur sport favori : le foot. Il ne faut surtout pas s’étonner comment ils se sont retrouvés là. L’accès est très libre. Sur place vous pouvez tomber sur des petits pêcheurs à l’hameçon, embusqués tout le long de la haie de protection, des amateurs de vin à l’air marin, comme sur des familles simplement de passage, histoire de mettre les pieds sur le quai et approcher les petits bateaux accostés.

A Tigzirt, les engins maîtres des lieux
De Azeffoun à Tigzirt, la desserte sur la côte est agréable même si à certains nivaux, la route est affectée. Le paysage féerique qui s’offre à la vue compense tout. Le tableau est merveilleux à contempler, l’air est pur. L’esprit se lâche presque instinctivement. On se surprend alors à rêver d’un cabriolet, et d’une décapotable...aux cheveux longs et lisses. Mais c’est juste un rêve qui ne dure pas d’ailleurs. Au fil des kilomètres, la route presque déserte ravive les appréhensions. Sait-on jamais.

A défaut d’un vrai barrage rassurant...un hérisson traversant la chaussée peut s’improviser maître de la route. Sur ce tronçon on...pêche aussi. En attendant que l’activité soit réglementée au niveau du port en chantier. Sur place, de nombreux gros camions se faufilent entre des tas de cubes immenses en béton. Le port de Tigzirt est en chantier. Ici les engins sont encore maîtres des lieux. Théoriquement la réception de l’enceinte est prévue pour juin prochain. Mais au vu du stade atteint par les travaux ce n’est pas du tout une chose évidente. La population locale ne se veut pas du tout exigeante. Elle espère juste ne pas égaler le record d’Azeffoun.

Avec la Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact