La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Naïma Meziani, artiste d’exception

 
Naïma Meziani, bientôt 40 ans, a eu une enfance sans histoires, balisée par une éducation irréprochable à l’ancienne et un premier coup de cœur pour le crayon, l’encre de Chine et la peinture.
mercredi 8 mars 2006.

C’est dans un atelier qui ressemble à tous les ateliers situé dans le dédale de l’administration de l’hôpital Khellel Amrane (Béjaïa) que nous l’avons surprise, les mains peinturlurées concentrée sur sa dernière œuvre, une reproduction géante de personnage de Walt Disney destinée au service pédiatrie, à laquelle méticuleusement, elle apporte la touche finale. Déboussolée un court instant par notre intrusion, un tantinet gênée par l’ambiance capharnaüm et le désordre de son lieu de travail, Naïma Meziani, les yeux qu’elle a énorme, et que l’on devine candescendants, et pleins d’amour tant le regard emprunte beaucoup à la douceur, celle des justes, affiche une mine réjouie.

Ce sourire de madone semble la transfigurer et l’élever vers des cimes que seule une félicité exempte de toute souillure et pollution morale permet d’atteindre. Naïma Meziani, bientôt 40 ans a eu une enfance sans histoires, balisée par une éducation irréprochable à l’ancienne et un premier coup de cœur pour le crayon, l’encre de Chine et la peinture. Cette passion précoce pour les beaux-arts, et qui l’anime plus que jamais rien ne peut l’en distraire. C’est à croire que les fées se sont penchées sur son berceau ! Pas même son accident survenu alors qu’elle avait 12 ans, une méchante chute qui pour funeste qu’elle est puisque c’est à sa suite qu’elle est devenue paraplégique n’a en rien pu tempérer son enthousiasme ni son désir profond de croquer la vie à belles dents. Quant aux béquilles elle en use comme de “simples machins qui viennent en appoint à ses jambes défaillantes”.

Le plus extraordinaire chez cette femme-courage, c’est qu’elle n’évoque à aucun moment son handicap. Si elle en souffre encore, ce qui est probable, elle n’en laisse rien transparaître. Et son rejet de la chaise roulante est symptomatique de son refus de susciter pitié et condescendance, sentiments qu’elle abhorre comme elle se refuse à admettre toute forme d’aide physique. Fonctionnaire à temps plein, donc peu soucieuse des contingences matériels, Naïma est chargée de la partie décoration de l’hôpital. Et tous les tableaux qui ornent les couloirs et vestibules, de même que les fresques enfantins sont le fruit de ses doigts de fée.

Par La Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact