La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Amar Mohamedi assistera au dialogue

 
Militant du PPA/MTLD, officier de l’ALN à la wilaya III, premier préfet d’Alger à avoir fait la passation de souveraineté française à la souveraineté algérienne puis membre fondateur du PRS avec le défunt Mohamed Boudiaf, Amar Mohamedi est convié par le mouvement citoyen en qualité d’observateur pour suivre les négociations qui s’ouvrent aujourd’hui avec le chef du gouvernement autour de la mise en application de la plate-forme d’El Kseur. Dans cet entretien, cet ancien militant du mouvement national évoque les conditions et les raisons qui ont amené les animateurs du mouvement citoyen à se rendre au palais du gouvernement, les tentatives de manipulation et de récupération à des fin électoralistes des trois années de combat livrés par des millions de citoyens pour l’instauration d’une véritable démocratie.
lundi 19 janvier 2004.

Le Matin : Comment expliquez-vous votre présence aux négociations entre le mouvement citoyen et le gouvernement ?

Amar Mohamedi : J’ai été convié par l’interwilayas à avoir un rôle d’observateur du mouvement citoyen. Pour éviter toute confusion, je souligne que je ne serai pas partie prenante dans les débats. D’autre part, je ne peux pas ne pas répondre à une invitation venant surtout du mouvement citoyen. D’autant plus que l’événement intervient dans un contexte politique chargé d’interprétations contradictoires, généralement tendancieuses, et de manipulations de toute nature susceptibles d’altérer les revendications du mouvement citoyen national.

Y a-t-il une corrélation avec ce qui se passe actuellement en cette période de précampagne électorale ?
Je vais vous citer un fait qui en dit long sur les capacités du régime à rebondir quand il s’agit d’éviter une mise à mort par la réapropriation du peuple, de sa souveraineté et de sa citoyenneté. Ce qui se passe actuellement au FLN est un fait vécu juste après l’Indépendance. A cette époque, la guerre était ouverte entre Khider, secrétaire général du FLN, et le président Ben bella, qui réclamaient chacun de son côté la gestion de l’appareil du parti. Les deux hommes sont allés jusqu’à organiser deux conférences de presse (Ben bella à la salle Afrique et Khider au cinéma Majestic). La suite est connue : le premier sera destitué par Boumediène et le second assassiné en Allemagne. Mais l’essentiel à retenir dans cette histoire est que ce travail a permis de faire de l’ex-parti unique un appareil à l’origine de la confiscation du droit au peuple algérien à s’autodéterminer. Le résultat des troubles qui affectent actuellement le FLN sera le même. Dans ce contexte, chacun tente de renforcer ses positions en perspective de l’élection présidentielle. Le mouvement citoyen est, dans ce contexte, l’objet des convoitises des dirigeants politiques.

Par exemple...
Il serait naïf d’affirmer qu’un chef du gouvernement qui sollicite la candidature du président sortant ne tente pas de faire adhérer un maximum de soutiens et de faire admettre son choix à tout le monde, y compris au mouvement citoyen. Mais tel n’est pas le souci des animateurs de la cause citoyenne puisqu’ils sont déterminés à aller jusqu’au bout pour sonder la volonté réelle des dirigeants politiques. En tout état de cause, les délégués de l’interwilayas sont avisés de tous les enjeux. La vigilance est plus que jamais de mise.

Mais l’offre de dialogue de M. Ouyahia a provoqué la dissidence d’une aile qui refuse les termes de ce débat. Comment avez-vous accepté d’aller à une rencontre marquée par la contestation ?
Quelle que soit la tendance qui m’invite en qualité d’observateur, je serai présent. Mon seul et unique souci est de parvenir un tant soit peu à protéger l’exercice de la citoyenneté dans mon pays. Il ne faut pas perdre de vue que nous (les sages de la Kabylie ) avons lancé avant cette date l’idée d’un congrès national pour la citoyenneté en mesure de consacrer la souveraineté politique du peuple algérien.

Mais comment parvenir à l’aboutissement du combat du mouvement citoyen alors que vous affirmez que le pouvoir refuse une quelconque alternative politique ?
Le combat pour la citoyenneté n’est pas du seul ressort du mouvement citoyen. Je suis scandalisé de voir, par exemple, que l’initiative, communément appelée le groupe des « onze », ne dit pas un traître mot sur les efforts, les sacrifices, mais surtout sur la volonté de cette nouvelle génération à réhabiliter le politique. Ouyahia a-t-il plus de courage que les personnalités de l’opposition en affirmant qu’il prendra en charge les revendications consignées dans la plate-forme d’El Kseur ? Je veux dire qu’actuellement, sans la multiplication des pressions sur le pouvoir le terrain de la liberté et de la démocratie sera toujours difficile à fouler. Pour créer un véritable rapport de force, il revient aussi aux animateurs du mouvement citoyen d’ouvrir le dialogue avec l’état-major de l’Armée et l’ensemble des institutions responsables du devenir national. Cela dit, il est inconcevable de répondre par la négation à un pouvoir qui dit : « venez négocier, on fera tout ce que vous voulez. » Les concernés doivent vérifier la véracité de cette déclaration avant de se prononcer définitivement sur cette question de dialogue. Concernant maintenant le point lié à la question des indus élus, il me semble que tout le personnel politique est un indu élu.

Donc, le moment n’est pas venu de crier victoire ? La lutte continue jusqu’à la mise en place d’une véritable république et le respect de la citoyenneté dans tous les recoins de l’Algérie.

Quelle est votre appréciation des dernières déclarations du général Mohamed Lamari ?
C’est un progrès par rapport à la position politique de l’ANP à l’égard de la crise nationale par le fait qu’elle a décidé de ne plus coopter ceux qu’elle considère comme les moins mauvais candidats à la magistrature suprême et qu’elle opte pour un éventail de personnalités respectueux de la Constitution et de l’ordre républicain.

Entretien réalisé par Nadir Benseba, Le Matin

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact