La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Le calvaire des étudiantes à Draâ El Mizan

 
Depuis plus de quatre ans, les étudiants de toute la région de Draâ El Mizan et de Tizi Ghenif sont soumises, chaque samedi, au parcours du combattant pour rejoindre leur université à Tizi Ouzou.
jeudi 2 février 2006.

Sachant que la ville de Draâ El Mizan n’a malheureusement pas de gare routière, les étudiantes ne savent plus où attendre les bus. “Il y a quelques années, les bus arrivaient tous vers le même lieu, c’est-à-dire à proximité de la mosquée. Aujourd’hui, ils n’ont plus d’arrêt fixe. Chacun stationne là où il veut. C’est incroyable. Il n’y a aucune réglementation dans ce pays”, se lamente une étudiante. Effectivement, dès six heures du matin, étudiants et étudiantes sont présents pour rejoindre diverses destinations : lycée Ali-Mellah, route d’Alger, pourvu qu’ils trouvent un moyen de transport. “Parfois, nous attendons presque deux heures devant l’ex-bureau de la SNTV, aucun bus n’arrive. Alors, c’est la débandade”, ajoute une autre étudiante qui s’est fait subtiliser son portable au milieu de la bousculade.

Si certaines étudiantes préfèrent prendre un taxi, ce n’est pas peut-être pas parce qu’elles sont logées à meileure enseigne, mais plutôt pour échapper aux harcèlements de tout genre dont elles font l’objet. D’autres préfèrent écourter leur week-end en rejoignant leur université, le vendredi matin. “Je suis en troisième année. Je n’ai jamais attendue samedi matin. Au moins le vendredi, je sais que je vais voyager à l’aise”, ajoute une troisième étudiante. Certes, ce ne sont pas les transporteurs privés qui manquent dans la région, mais c’est surtout l’organisation qui fait défaut.

Il est attendu des responsables locaux et des services concernés de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur en imposant aux propriétaires de bus à ne charger leurs clients que dans des lieux désignés à cet effet, comme c’est le cas des fourgons assurant la liaison Draâ El Mizan-Boghni ou Draâ El Mizan-Tizi Ghenif. Les étudiants ne seront plus soulagés que lorsqu’une gare routière sera programmée pour cette ville qui sert de carrefour à plusieurs localités. En attendant que cela soit réalisé, les étudiants continueront à subir ces tracasseries du samedi matin auxquelles ils sont habitués.

Source : La Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact