La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Enseignement de tamazight au primaire

 
La réforme du système éducatif continue son petit bout de chemin. Annoncée au début de l’année scolaire en cours par le ministre de l’Education nationale, Tamazight devient une réalité à l’école primaire.
vendredi 27 janvier 2006.

Certes, beaucoup de retard a été accusé dans son lancement au niveau de ce palier, car il ne faudrait pas surtout oublier le manque d’enseignants. Ce début du trimestre a été marqué dans la daïra de Draâ El Mizan par l’introduction de la langue de Massinissa dans certaines divisions de quatrième primaire.

A ce sujet, nous avons contacté M. Azouz Moussa, inspecteur de l’enseignement primaire. “Effectivement, avant-hier, nous avons eu l’honneur d’installer officiellement une enseignante licenciée en Tamazight. Pour le moment, elle prendra en charge les écoles Khelifi et école de filles à raison de trois (3) heures par semaine. Nous avons pris toutes les précautions de répartir ces heures sur toute la semaine, c’est-à-dire une heure par jour (arabe, français, tamazight)”, nous a déclaré notre interlocuteur.

Il est attendu l’affectation d’une autre enseignaante qui prendrait les autres écoles restantes de la ville. Dans l’autre circonscription pédagogique couvrant Ath Yahia Moussa et Aïn Zaouïa, une enseignante a été déjà affectée, elle prendrait en charge les écoles primaires du chef-lieu de Aïn Zaouïa et celle de Laâziv n’Cheikh. En tout cas, il ne s’agit là que de la première expérience en attendant la généralisation de cette langue dans les prochaines années. “Il faudrait qu’il y ait un suivi rigoureux.

Cette matière doit être considérée comme toutes les autres, pour pour que nos élèves puissent lui donner de l’importance”, pense un professeur du moyen qui se réjouit de cette décision même si cette dernière est encore à l’état embryonnaire. Il y a lieu de rappeler qu’au niveau de l’enseignement moyen, tamazight est enseigné dans cinq collèges sur les onze que compte la daïra. Dans les CEM où elle a été introduite en 1995, les professeurs nous ont fait savoir que les élèves sont évalués comme dans toutes les autres matières.

A titre d’exemple, au CEM Frères Harchaoui, les collégiens écrivent même à leur directeur en Tamazight, geste beaucoup apprécié par ce responsable. “Malheureusement, dans les lycées, cette langue n’est pas encore ntroduite. Beaucoup de mes anciens élèves regrettent de ne pas avoir la chance de continuer à étudier leur langue”, nous a déclaré un professeur pionnier de cette langue qui, au lendemain des accords du 22 avril, avait décidé de se reconvertir dans l’enseignement de tamazight après avoir enseigné l’arabe durant plusieurs années. En tout cas, cette nouvelle a réjoui plus d’un.

Il est temps au ministère de l’Education nationale de lancer des chantiers d’été pour la formation accélérée d’enseignants dans cette langue car au rythme où va l’introduction de Tamazight, il faudrait peut-être un siècle pour la généraliser dans toutes les régions berbérophones et des siècles pour l’introduire dans toutes les écoles d’Algérie.

“Ce n’est pas une introduction massive que nous demandons, mais il faudrait quand-même accélérer le rythme. Tout retard provoquerait une démobilisation. Il y a des élèves qui ont fait trois ans de Tamazight et qui ne savent plus l’écrire maintenant. Car, il n’y a pas eu de suivi ni de profil”, estime un autre enseignant.

Source : La Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact