La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

La Kabylie "oubliée"

 
Au-delà des alliances hypocrites et contre nature qui se dégagent à première vue de la réunion des "onze" chez le candidat Benyelles, un curieux mutisme est observé par rapport à la crise qui perdure en Kabylie depuis plus de 32 mois.
vendredi 16 janvier 2004.

AINSI, les onze prétendants à la magistrature suprême, qui prétendent vouloir défendre la démocratie, n’ont soufflé mot dans leur déclaration sur le Mouvement citoyen résolument engagé dans une véritable lutte pour une meilleure démocratisation du pays. Cela se passe paradoxalement au moment où les archs sont engagés dans une dynamique de mise en œuvre de la plate-forme d’El Kseur, considérée comme l’un des documents les plus importants que la société civile algérienne n’ait jamais produit depuis l’indépendance. Et pourtant, certains signataires du communiqué ont toujours fait de la crise de Kabylie leur cheval de bataille. La réalité politique du début du conflit archs-pouvoir les avait poussés à jeter leurs regards vers ce mouvement qui a menacé jusqu’à leur existence dans la région. Il est clair, maintenant que la crise de Kabylie va droit vers le dénouement, que ces candidats n’auront pas de boucs-émissaires surtout que c’est Ahmed Ouyahia, dont les "onze" demandent le départ comme gage de garantie pour la régularité de l’élection présidentielle, qui chapeaute l’entreprise. Les martyrs du Printemps noir sont-ils à ce point méprisables pour que leur combat soit aussi facilement occulté par ceux-là mêmes qui, disent vouloir défendre la démocratie ? Tout porte à le croire, d’autant plus que ces personnalités sont connues pour avoir mené dans leur majorité leur "combat" essentiellement dans les salons dorés de la capitale. Les jeunes de Kabylie ne peuvent donc servir que pour justifier un "combat" qu’ils n’ont jamais le courage de mener. A ce mépris, s’ajoute l’appréhension de ces candidats quant à l’impossibilité qui leur paraît évidente de ne pouvoir ramasser les 75000 signatures que la loi portant régime électoral exige. L’Histoire retiendra, enfin, que les nobles luttes pour l’émancipation de l’homme, ont été menées par la plèbe. Les gavroches du Printemps noir en font partie.

Ali Boukhlef, www.depechedekabylie.com

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact