La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

La grève dans l’éducation nationale massivement suivie

 
Les cinq délégués des syndicats de l’éducation nationale constituant la composante CIEN à savoir l’UNPEF, CLA, CNAPEST, SETE-Béjaïa et SATEF, ont indiqué que ce regain d’actions d’ores et déjà enclenché s’étalera dans la durée jusqu’à obtention de gain de cause.
mardi 17 janvier 2006.

En guise de réponse au département de Boubekeur Benbouzid, lors d’une conférence de presse animée hier, les cinq délégués des syndicats constituant la composante CIEN à savoir l’UNPEF, CLA, CNAPEST, SETE-Béjaïa et SATEF, ont indiqué que ce regain d’actions d’ores et déjà enclenché s’étalera dans la durée jusqu’à obtention de gain de cause. Pas de concessions, soulignent-ils tout en lançant un appel au ministère de tutelle d’amorcer le bras de fer en ouvrant les portes du dialogue et des négociations, faute de quoi, d’autres mouvements de protestations (rassemblements, grèves, sit-in ...) seront déclenchés. "Nous ne voulons plus de promesses ni d’un dialogue alibi et encore moins de commissions insidieuses", lance un des délégués.

Au-delà de la guerre des chiffres, la Coordination intersyndicale de l’éducation nationale, qui s’est abstenue de commenter le taux de suivi de 21% avancé par les collaborateurs de Benbouzid, afin d’éviter toute polémique a affiché sa réjouissance quant à l’écho favorable qu’a eu la grève. L’essentiel, est que le cri de détresse des travailleurs de l’éducation a été entendu, lance un des animateurs de la conférence. Le mouvement du débrayage qui a paralysé un nombre impressionnant d’écoles a, d’après ses initiateurs, mis en relief au moins deux choses. "La souveraineté de la base et l’échec de la tutelle à diviser l’action intersyndicale et l’unités des travailleurs de l’éducation".

La souveraineté de la base s’est traduite, d’après eux, par l’élan de mobilisation de tous les travailleurs de l’éducation qui "n’ont pas cédé devant les multiples intimidations de leur tutelle". "C’est notre acquis" s’est réjoui Lamdani représentant du CNAPEST. Lui emboîtant le pas, Osmane du CLA estime que cette grève "confirme l’émergence d’un nouvel acteur social qui est la coordination intersyndicale et également la reconfiguration du champ syndical".

La convergence des trois paliers de l’éducation autour d’une action commune suffit largement pour "proclamer la réussite de la grève", indiquera en outre Osmane qui ajoute dans la foulée "une fois de plus, la base a démontré sa force et sa représentativité sur le terrain et c’est elle seule qui décidera des suites à donner après cette première action de protestation si la plate-forme de revendications ne sera pas satisfaite". Sadali du SATEF, a enchaîné dans le même sens en disant que la "balle est désormais dans le camp de la tutelle".

Ce dernier, déplore sans aucun ambage la campagne de désinformation menée par la tutelle qui, d’après lui, avance "des chiffre erronés". "Supposant que le taux de suivi est de 21%, cela imposera à notre tutelle d’ouvrir sine qua non le dialogue conformément à la loi qui stipule que dès que le taux de suivi d’une grève atteint les 20%, les négociations doivent être enclenchées", fait savoir Sadali.

Source : La Dépêche de Kabylie

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact