La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Canicule et incendies en Kabylie

 
La Kabylie suffoque et continue de brûler. Jusqu’à la journée d’hier, pas moins de neuf feux de forêt, plus ou moins importants, se sont déclarés aux quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou.
lundi 18 juillet 2005.

Même s’ils ne constituent pas pour l’heure, une menace physique sérieuse pour les populations, ces feux ont tout de même nécessité la mobilisation de l’ensemble des unités d’intervention de la Protection civile. De fait, ils sont près de 300 sapeurs-pompiers à être enrôlés pour combattre les flammes. Tous les moyens matériels dont dispose l’unité centrale du chef-lieu et les quatorze unités de daïras ont été également déployés.

La disposition de ces incendies déclenchés pour la plupart dans des massifs fortement accidentés et leur éloignement les uns des autres, a fortement compliqué leur maîtrise. Les sapeurs-pompiers ont dû, en effet, éparpiller leur efforts sur neuf foyers différents. Il s’agit notamment de Larbaâ Nath Irathen (où le feu parti en plusieurs foyers a pris des proportions assez importantes), Draâ El Mizan, Azazga, Ouacifs, Aïn El Hammam, Beni Douala, Bouzguène, Oudhias et Aït Saâda, sur le versant sud de la forêt de Sidi Ali Bounab. Si les efforts, assez colossaux fournis par les éléments de la Protection civile ont permis jusque-là de contrôler la quasi-totalité de ces incendies, il n’en demeure pas moins que la persistance de la canicule qui sévit actuellement sur la région pourrait constituer un réel risque de propagation. Autre hantise des pompiers : les rafales de vents. Celles-ci même en soufflant à faible intensité, provoqueraient inexorablement la régénération des flammes qui pourraient devenir, de ce fait, plus menaçantes et plus difficiles à contenir. A l’heure où nous mettons sous presse, nous n’en sommes heureusement pas encore là.

Les pompiers, souvent contraints à faire usage de moyens de fortune (pioches, haches, pelles. etc) semblent tenir bon. Leur manière d’agir, consistant à cerner les hameaux menacés et d’attaquer le feu dès son déclenchement, est d’une efficacité remarquable. En tout état de cause, il semble que la Protection civile a d’ores et déjà mis sur pied un plan d’urgence au cas où la situation venait à se dégrader.

Pour cela, elle compte énormément sur le concours des “colonnes mobiles”, stationnées à Béjaïa et à Bouira. Fortes d’une cinquantaine d’éléments chacune, ces unités supplémentaires d’intervention disposent également d’une vingtaine de camions anti-incendies ainsi que deux camions-citernes d’une capacité de 12 000 litres chacun. Elles sont prêtes à se détacher en renfort dans les wilayas qui lui sont limitrophes, si ses dernières n’arrivaient pas à gérer les feux.

Ahmed Benabi, depechedekabylie.com

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact