La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

La Kabylie indifférente

 
Le pouvoir se trouve coincé entre la promesse qu’il a faite à l’une des deux ailes des archs et le constat que la Kabylie n’a pas reçu cette décision dans la joie et la liesse.
lundi 13 juin 2005.

Le pouvoir a donné cette promesse dans le contexte où les archs ont perdu toute influence sur les populations et où les partis de la région commençaient à récupérer leur audience.

Les populations ne sortiront pas dans la rue si la décision de dissolution est appliquée. Elles ne sortiront pas non plus si cette décision n’est pas appliquée, d’autant qu’elles estiment que dans le contexte où les élus sont dépouillés de leurs prérogatives, il ne sert plus à rien d’aller vers des élections. Le plus important pour elles serait d’élire les walis puisque c’est l’administration qui détient le levier du pouvoir local.

Les populations ne comprennent pas que le pouvoir et les archs dialoguistes s’acharnent uniquement sur les Apc et Apw et délaissent les élections législatives, alors que le taux de participation aux élections législatives était plus bas que celui des élections locales. Le pouvoir a bien réussi dans sa stratégie d’usure de l’adversaire, réussissant aussi à éviter que les émeutes ne puissent posséder un caractère transfrontalier, alors que les archs ont commis la grave erreur de croire que la mobilisation pouvait se tenir en permanence à un haut niveau.

Le président est obligé aujourd’hui de dissoudre les assemblées élues de Kabylie sous peine de désavouer son chef du gouvernement et donc de le renvoyer avant terme. Mais que peuvent bien apporter ces élections à refaire en termes de sortie de crise ?

Sofiane Idjissa, lanouvellerepublique.com

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact