La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Aïn El Hammam : Le sachet noir a la peau dure

 
“Ecrivez que je continuerai à l’utiliser malgré son interdiction”. Tels sont les propos de ce commerçant de Aïn El Hammam à qui nous avons demandé les raisons de l’utilisation du sachet noir alors qu’il est normalement interdit depuis le 2 avril dernier.
lundi 20 juin 2005.

Il exhibe tout de même un sac en papier qu’il ne remet à ses clients que si leurs achats dépassent une certaine somme, car, comme il le dit : “Je ne peux emballer dans un sachet d’une valeur de 3 dinars, un produit dont le bénéfice est de 1 DA seulement. Je veux bien me conformer à la loi si on me vend des sacs biodégradables à des prix abordables”.

Cependant, si cet épicier est le seul à parler ainsi, beaucoup d’autres continuent à utiliser le sachet noir sans être inquiétés. Au marché, par exemple, les fruits et légumes vous sont remis dans le même emballage que celui des détergents. Aucun effort n’est fait pour utiliser le plastique blanc à la place du noir qui serait plus solide, disent-ils.

La plupart de leurs clients ne trouvent riens à redire et ne semblent pas contrariés, outre mesure. D’autres vous diront que “si les autorités sont convaincues de la dangerosité de ces emballages sur la santé des usagers, pourquoi alors, permettent-elles aux usines de les fabriquer ?”.

Pourtant, la question de suppression de ces produits ne se pose plus, depuis longtemps. Tant qu’il n y a pas de contrôle et qu’on ne verbalise pas ceux qui refusent de se plier à la loi, ils continueront à faire la leur, surtout dans ces contrées éloignées de la grande ville. Le problème réside-t-il dans la disponibilité de ces nouveaux contenants ou dans leur prix ? Les deux raisons sont mises en avant.

Noir ou blanc, le plastique dont le danger sur la santé publique ainsi que son influence sur l’environnement, ne sont plus à démontrer, devrait amener les autorités, à un haut niveau, à prendre des mesures énergiques pour le bannir. Les associations écologiques devraient, elles aussi, s’impliquer dans l’opération. Certains pays, comme l’Afrique du Sud ont montré le chemin à suivre, en interdisant carrément l’utilisation de sachets en matière plastique.

Nacer B., depechedekabylie.com

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact