La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Les 3es Rencontres cinématographiques de Béjaïa

 
« C’est un produit de qualité et la symbolique est très forte » tel est l’avis partagé par un bon nombre de spectateurs, d’un cinéphile rencontré hier, en début de soirée, à la cinémathèque de Béjaïa après la diffusion « Ten Ja », un court-métrage de 80 minutes, du jeune réalisateur marocain Hassen Legzouli.
jeudi 16 juin 2005.

Ce court-métrage nous raconte l’histoire très significative d’un jeune émigré d’origine marocaine qui venait de perdre son père et pour respecter la volonté de ce dernier, qui souhaitait être enterré dans son village berbère du Haut Atlas, le jeune Nordine entame un voyage dans le but, au départ est d’accompagner son père à sa dernière demeure mais ce voyage permettra aussi à ce jeune beur de renouer avec ses racines et de découvrir son pays.

Le décès du père a été le prétexte-phare pour le réalisateur Hassen Legzouli qui aurait voulu par cette mise en scène mettre l’accent sur le fait qu’un bon nombre de jeunes immigrés ne renouent avec leurs racines ou leur terre d’origine que lorsque une forte circonstance ou unc conjoncture incontournable s’imposent.

Une jeune femme traverse le pays en compagnie de Nordine et du cerceuil de son père. En cours de route le principal personnage de cette œuvre ouvre une boîte qui constitue le seul héritage légué par son père et sort un disque de chansons berbères, sa langue maternelle qu’il ignorait. Le couple se lie d’amitié avant de s’amouracher puis se séparer par un baiser et un présent (le disque de chansons berbères) que Nordine offre à sa dulcinée qui refuse de le prendre car c’est le seul bien familial de ce jeune émigré. Mais, dans l’espoir de le revoir, la jeune femme promet de le garder pour lui, en espérant son retour.

Par ailleurs, l’œuvre de Legzouli, a aussi mis en exergue la bureaucratie qui sévit et la malvie des concitoyens de Nordine. Le rôle très remarqué d’un « fou » que Nordine venait de connaître et qui cherchait à rassembler une somme d’argent pour pouvoir quitter le pays et rejoindre sa bien-aimée dont il exhibe une photo. Un pays que Nordine venait de découvrir et paradoxalement d’autres, à l’image du « fou », voudraient fuir. Le périple de Nordine est parsemé de souvenirs qui reviennent le bousculer et lui rappeler son origine.

L’œuvre de ce jeune réalisateur a permis au public de découvrir aussi les belles régions du Maroc, un village d’expression berbère et aussi les traditions et les coutumes. A la fin de cette représentaiton, un débat a été organisé avec le réalisateur et le public. En attendant la suite du programme, on peut dire bravo aux organisateurs, à Nouredine Houchiche, Bouchera Blid, Gaelle, Djahnine et tous les autres.

Y. B., depechedekabylie.com

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact