La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Des blessés et des arrestations à Tizi Ouzou

 
Le premier jour de la campagne électorale a été bien singulier à Tizi Ouzou. Les aârouch favorables au rejet de l’élection présidentielle ont, pour marquer cette date, décidé d’appeler la population à une grève générale et d’organiser un meeting populaire au centre-ville.
samedi 20 mars 2004.

Dès la matinée, la tension était déjà à son comble. Les services de police ont, aux premières heures de la journée de jeudi, investi le rond-point où devait se dérouler la manifestation dans le but évident de l’empêcher. Au fil des minutes, et alors que la plupart des quartiers de la ville étaient paralysés par la grève, la tension allait toujours crescendo. Au même moment, le RCD organisait une assemblée générale de ses militants en son siège au Bâtiment bleu. Pour éviter l’affrontement, les délégués des aârouch ont alors décidé de transférer le meeting vers le quartier les Genêts.

Les militants du RCD improvisent une marche et se dirigent vers le rond-point où devait être organisé le meeting des aârouch. Après une brève prise de parole où les partisans du rejet ont été traités de tous les noms, ils poursuivent la marche stoppée net par la police. Au retour au siège du parti, la situation a failli tourner à l’affrontement entre les troupes de Sadi et les partisans des aârouch. La police a dû alors intervenir pour éviter le pire entre les deux parties. Pendant tout ce temps, les délégués de la CADC expliquaient à une foule, composée d’environ un millier de personnes, les raisons du rejet.

La rue Lamali longeant le CHU a été barricadée pour la circonstance. Tour à tour, les animateurs de l’aile de la CADC qui rejette les élections prendront la parole devant une foule qui scandait « Ulac lvot, ulac ! », « Ulac smah ulac ! » et de temps à autre des slogans hostiles au RCD. Dans son allocution, Rachid Allouache dira que par la « réussite des deux actions, nous venons d’asséner un autre coup au Pouvoir et à ses relais ». Et de démentir une quelconque prise de contact dans ce sens d’autant que la délégation des 24 a été dissoute. « S’il veut le dialogue, il n’a qu’à annoncer l’officialisation de tamazight », ajoutera-t-il. Son camarade Belaïd Abrika dira de son côté : « Aujourd’hui, nous avons démontré que le mouvement est toujours debout. » « Les ennemis du mouvement sont encore plus nombreux », annoncera-t-il avant de rappeler qu’aux moments forts de la crise, « les partis étaient absents pendant que où nos jeunes tombaient ».

Il les qualifiera ensuite « d’agents du Pouvoir qui négocient sur le dos du mouvement ». Il invitera ensuite la population à faire échec à la visite que Bouteflika compte faire en Kabylie durant la campagne. A la fin du meeting, une marche vers le centre-ville a été improvisée par l’assistance. La procession a été stoppée net par une armada de CNS munis de matraques et de fusils tire-bombes lacrymogènes ainsi que des dizaines de policiers en civil. L’affrontement était donc inévitable. Une pluie de pierres et autres projectiles s’est abattue sur l’arsenal répressif. Tout de suite après, les policiers foncent sur les manifestants avec leurs véhicules et une chasse à l’homme est enclenchée. Les heurts ont généré trois blessés, (deux manifestants et un policier qui a reçu une pierre en plein visage).

Les services de police ont également opéré des arrestations, une dizaine de personnes environ, toutes relâchées dans la soirée. Suite à cela, la CADC a rendu publique une déclaration où elle dénonce vigoureusement la répression et les brutalités policières tout en appelant la population à « plus de vigilance pour déjouer les plans machiavéliques du RCD pour casser la dynamique citoyenne ». Aussi dans le même document une sévère mise en garde a-t-elle été adressée aux comités de soutien quant à leurs agissements. Il est aussi fait appel à une large mobilisation de la population pour empêcher la venue de Bouteflika à Tizi Ouzou. Pour la grève générale, il est à signaler que si elle n’a pas été suivie dans de nombreuses localités, elle l’a été par contre largement suivie à Azazga, Fréha, Timizart, Ath Djennad et en grande partie à Tizi Ouzou-ville.

Brahim Boubchir, Le Matin

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact