La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
Actualité
Culture
Femmes
Etudiants

Kabylie : « Le Chef du gouvernement a corrompu les aârouch »

 
La tendance non dialoguiste du mouvement citoyen a organisé avant-hier une rencontre extraordinaire en présence de 34 coordinations communales de la CADC, au centre culturel de Iflissen. Au terme des débats, les présents ont rendu publique une déclaration des plus virulentes où ils ont dénoncé les pratiques du « pouvoir mafieux et assassin » qui ont caractérisé les trois années du combat pacifique et citoyen de la Kabylie.
samedi 17 janvier 2004.

« Le traitement dégradant qui a pour objectif de venir à bout du mouvement est fait surtout de harcèlements judiciaires, d’emprisonnements, mais aussi d’embargo économique et du pourrissement de la situation sécuritaire en Kabylie », lit-on dans le document. Les délégués non dialoguistes dénoncent la méthode d’Ouyahia connu pour « ses manuvres de corruption et de ruse » qui, « à la veille d’une échéance électorale importante, est en quête de sous-traitants dans la région. Et pour mener à bien sa mission, ce dernier n’a pas lésiné sur les moyens ». Car, à en croire ces délégués, pas moins de « 25 milliards de centimes ont été prélevés sur les fonds publics afin de corrompre les délégués ». Au passage, l’aile non dialoguiste de la CADC n’a pas manqué de torpiller le document de mise en uvre de la plate-forme d’El Kseur qui « n’est autre que le résultat d’accords secrets préalablement établis ». Pis encore, « les préalables censés être des conditions non négociables à toute prise de contact avec le pouvoir sont devenus des incidences et qui plus encore ont été bradés par un protocole de trahison », ajoute le texte. Ledit protocole parle d’éponger les factures impayées de la Sonelgaz tout en maintenant la quote-part de l’ENTV qui a pourtant criminellement manipulé la marche historique du 14 juin 2001. De même pour la défiscalisation de la région, réduite à un simple dégrèvement fiscal, qui doit être déterminée par un « comité idoine ou de soutien à Bouteflika ». Le refus de la révocation des indus élus pour des raisons politico-juridiques n’a, selon les délégués, pour objectif que le descellement de la plate-forme d’El Kseur. Enfin, le texte rappelle que « les dialoguistes Taïwan bis » s’inscrivent dans un processus de perversion de toutes les revendications citoyennes et veulent effacer de la mémoire collective tous les acquis du mouvement et des luttes précédentes chèrement payées ».

Micipsa Merzani, Le Matin

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact