La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
MUSIQUE
News
Chanteurs
Chansons
Vidéos

Lahlou, le poète réhabilité

Dans les années soixante-dix un nouveau style de musique est né chez les chanteurs kabyles qui le désignèrent sous le terme de "musique moderne". Quantité de joyaux de cette nouvelle vague furent enregistrés. Inventive, rythmée, poétique. et surtout revendicative ; cette musique dont Lahlou fut l'un des artistes, de source à sonorités nouvelles, donna un élan formidable qui propulsa la musique Kabyle au-delà des frontières de l'Afrique du Nord.

Les maquisards de la chanson, comme les surnommait Kateb YACINE, trouvèrent là un nouveau moyen de contestation pour exprimer le mal de vivre d'une société sous la férule d'un pouvoir militaire ; et LAHLOU faisait partie de ceux-là. Après avoir été confronté à la dure réalité d'une Algérie en guerre, puis, aux sournoiseries d'un pays indépendant qui oublia trop vite nombre de promesses et d'idéaux du premier novembre 1954, Lahlou TIGHREMT découvrit l'existence de la question identitaire jusque là occultée par les autorités arabistes. Ce fut grâce aux nombreux bulletins de l'Académie berbère, que

Ecouter Chanson Kabyle

faisait circuler sous le " manteau " l'un des précurseurs de la cause amazigh, Mohamed HAROUN et avec la complicité d'un autre camarade, Mokrane AGOUNE, que LAHLOU prit conscience de son identité réelle.

Alors, enfermé dans sa bulle transparente et transporté par le rêve, l'évasion et l'imaginaire, il refait son petit monde où règnentla justice, l'amour et la tolérance.

C'est pendant les veillées nocturnes dans le paysage de rêve qu'est celui de la Soummam, vallée kabyle mythique et rieuse qui l'a vu naître que LAHLOU a écrit ses premiers poèmes et ses premières notes de musiques. Mais cela ne pouvait pas nourrir son homme ! Gardant son rêve au chaud, LAHLOU " émigre " dans l'Oranie en 1973 pour travailler comme contrôleur de gestion au complexe touristique " Les Andalouses ". C'est là qu'il se fit remarquer dans des " boufs ". On l'appelait alors affectueusement " Zinu Amazil ".

La passion de la musique, au contact des groupes qui traversent le complexe, le reprend alors. Il compose quantité de chansons dont " Targgitiw " (musique du film " Le Thé à la Menthe "), Ddir la chaîne, Ihenni Sidi beloua, Ayu ! Azine.

Pour Lahlou, la chanson est une sorte de thérapie. Il s'exprime à travers la musique et tente de reconstituer sa vie et son histoire. Il s'est heurté tout au long de sa carrière aux marchands du Temple de l'art mercantilisé et se plaît à dire qu'il est "l'anti conformiste et le poète mal aimé"

Ce qui ne l'empêche pas de toucher à tout avec bonheur. Ses ouvres Ihenni Sidi beloua, Ayu ! Azine ont été plagiées par plusieurs chanteurs en mal de succès avec la complicité de leurs " éditeurs pirates " et la bénédiction de certains " agents des droits d'auteurs algériens ".

Lahlou, pour faire un clin d'oeil à 23 ans de carrière bien remplie, eut la sympathique idée de faire un CD Compilation de 11 chansons judicieusement arrangées. De l'avis général, cette production est un bijou qui consacre l'artiste, officieusement, révélation de l'année 1997 de la chanson kabyle. C'est cette reconnaissance -bien tardive- qui lui permit de clôturer majestueusement l'année au Zénith, Temple Parisien de la musique. C'est dans cette prestigieuse salle qu'il livra sa dernière création : sa troupe de danse "TUMERT" (joie, grâce et nom porté par le célèbre berbère chef des Almohades). Eblouissant spectacle mêlant chansons, humour et tradition. Il fit danser plus de 8000 personnes qui l'acclamèrent longuement. Il créa une énorme surprise et mit le feu au Zénith...

Une certaine complicité s'est spontanément installée entre lui et le public qui a pris et repris en chour " ayu, ayu ". Ce jour-là, LAHLOU révéla ses talents de chorégraphe et ses qualités de metteur en scène, et fit honneur à la chanson berbère en général et à la musique kabyle en particulier ; car certains des " concurrents " étaient abusivement médiatisés par le phénomène de mode et l'actualité tels que les problèmes d'intégration en France et les évènements algériens. LAHLOU a brillé de mille feux tel un diamant sorti du ventre de la terre : " Le poète maudit est réhabilité ".

En 1998, il nous surprendra encore une fois, avec la sortie de sa 1ère cassette vidéo comprenant 8 clips de ses chansons conçues, réalisées et produites par lui-même. LAHLOU effectua un come-back qui a étonné plus d'un par ses qualités artistiques. Ses musiques, parées de textes poétiques aux thèmes variés, plairont à tous. Les images chatoyantes, les foutas sang et or, la blancheur du burnous, l' " odeur " du henné et de l'herbe, la danse sensuelle des jeunes filles kabyles. vous combleront de bonheur et feront couler une larme de nostalgie aux plus endurcis. Longtemps après les avoir visionnés, les images défilent au ralenti dans l'esprit, et les oreilles résonnent encore de chants merveilleux. Il s'y dégage une énergie folle et une invitation à la médiation : " Kabylie émotion ".

LAHLOU, chantant ce qu'il aime et ce qui le touche, a forgé son propre style musical qu'il perfectionne sans cesse. Il s'est montré un mélodiste extraordinaire et un arrangeur pointilleux. LAHLOU est tout simplement un artiste " hors normes ".

(Saïd Aït Ameur et Youcef.ALLIOUI)

DISCOGRAPHIE (en France) :

  • 45 tours, "Anza" , 1978
  • Album "Tajjalt", 1982, Musique et chanson du film "Thé à la menthe" et générique d'ouverture et fermeture de Radio Beur pendant 10 ans.
  • Album "Azzin", 1986
  • Album "Sidi Valwa", 1991
  • Compilation Vol 1, "Chants et poésie amazigh kabyle", 1997
  • K7 vidéo, clips vidéos, "Kabylie Emotion", 1998
  • Compilation Vol 2, "Amazigh songs", 2002
  • Coffret double CD "30 années de chansons" ,Septembre 200

source : web - Une remarque au sujet du copyright? Merci de nous contacter.


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact