La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
CULTURE
News
Tamazight
Littérature
Poésie

Officialisation du Tamazight

Quels enjeux sont liés à l'officialisation du statut
de tamazight ?

Le problème de l'identité algérienne est posé sur la scène nationale depuis le début du mouvement national avec la création de l'Etoile Nord-Africaine qui a suscité déjà un rejet, car d'aucuns la voulaient une « Etoile algérienne » sans plus en se basant sur la réalité de l'époque étant non convaincus de l'efficacité d'une stratégie de globalisation irréaliste. Sa résurgence en 1949 puis intensément depuis l'Indépendance à ce jour prouve le besoin qu'éprouve notre société de reconnaître telle qu'elle est. Les tenants du pouvoir aujourd'hui comme avant ont opposé systématiquement à cette demande une identité préfabriquée puisant dans les mythes arabo-islamiques et prôné une politique identitaire qui pousse à l'« auto-odie », ne trouvant aucune gloire dans le passé véritable de l'Algérie.

Le pouvoir a toujours été assimilationiste dans l'identité arabo-islamique, laquelle était défendue par les oulémas qui, eux, étaient assimilationistes, y compris dans la « grande nation française », rejetant de manière persistante toute tentative de revalorisation de soi par soi en faisant la promotion de sa propre histoire et non pas par des références mythologiques. En fait, beaucoup de fortunes se sont faites en exploitant ce capital symbolique mythique.

Le dictionnaire de la sociologie définit l'identité collective ainsi : « Aptitude d'une collectivité à se reconnaître comme groupe ; qualification du principe de cohésion ainsi intériorisé Ressource qui en découle pour la vie en société et l'action collective. Vis-à-vis de l'extérieur du groupe, la construction d'une identité collective implique un mouvement de différenciation à partir duquel s'affirme l'autonomie collective Les identités collectives ainsi entendues ne sont pas opposables aux solidarités larges : elles deviennent même des vecteurs d'ouverture sur l'extérieur et des reconnaissances des groupes entre eux. »

On le voit, la réhabilitation de l'algérianité historique véritable des Algériens passe nécessairement par l'officialisation du statut de tamazight comme langue nationale ainsi que la reconnaissance par le pouvoir de la véritable personnalité algérienne et l'évacuation de l'identité arabo-islamique exclusive imposée dans les manuels scolaires. La véritable dépersonnalisation des Algériens s'est faite par la politique officielle algérienne. Nous sommes aujourd'hui en pleine aliénation culturelle : nous ne sommes ni français ni orientaux, mais bel et bien des Imazighen qui parlent l'algérien, comme les Français parlent le français, les Libanais le libanais, les Allemands l'allemand

Il s'agit donc à travers l'officialisation de ce statut de réconcilier l'Algérien avec sa véritable histoire et identité, de recoller les morceaux de la mémoire algérienne millénaire, de se donner un ego national fier de son « avoir-été », de son être et de son devenir partagé. La reconquête de soi, loin d'être un repli sur soi ou la construction d'une identité insulaire, est une affirmation de soi pour assurer une meilleure ouverture sur l'autre : la Méditerranée dans ses dimensions nordiques et orientales, l'africanité Cela signifie de ne plus se contenter d'être la périphérie de quelqu'un d'autre quel qu'il soit, mais d'être soi-même une centralité ouverte. La pluralité linguistique en est une des dimensions de l'algérianité qui implique la nécessité de reconnaître les langues maternelles des Algériens : l'algérien parlé par la grande majorité de la population, les variétés de tamazight, l'arabe scolaire et les langues européennes (domaine formel) comme le français qui a accompagné notre culture depuis plusieurs siècles. L'Algérie gagnera à reconnaître sa richesse culturelle, religieuse et linguistique. C'est d'ailleurs le seul antidote contre les intégrismes. Ceux qui s'y opposent méprisent leur histoire, la réalité actuelle et, partant, leur peuple et ont honte de leurs parents véritables : les Imazighen. Ce sont ceux qui militent pour la promotion de l'algérianité ouverte sur l'universel qui sont les véritables nationalistes non chauvins. La renaissance de l'amazighité historique du Maghreb balaiera certainement en un tournemain ces Taliban qui squattent le pouvoir en Algérie au mépris de la volonté des citoyens.

Par Dr A. Dourari, Chercheur en sociosémiotique. Source : www.lematin-dz.net


FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact