La Kabylie du rebelle kabyle Matoub LOUNES
ACCUEIL | KABYLIE | CULTURE | MUSIQUE | PHOTOS | FORUM
CULTURE
News
Tamazight
Littérature
Poésie

Littérature kabyle : LIVRES ET ROMANS SUR LA KABYLIE

Lkuraj n tyazit /La brave poule : un conte bilingue d'Akli Kebaili.
"Ce conte allégorique représente l'espoir d'une société et d'une humanité sans frontière où chacun pourrait vivre dans sa culture et préserver son identité quelque soit le lieu qu'il a choisi comme résidence.
Résumé :
"Une poule trouvait la vie insupportable dans la ville hideuse où elle habitait. Elle voulait mourir mais finalement elle n'écouta que son courage pour combattre son mal par l'amour. Après bien des pérégrinations, elle mit au mond eun être hybride contenat les différentes formes de vie : humaine, animale et végétale."

Littérature kabyle : La brave poule

Jours de Kabylie, de Mouloud Feraoun, Charles Brouty.
Les récits regroupés dans ces jours de Kabylie apparaissent tels d'indispensables compléments au journal de Mouloud Feraoun et aux situations géographiques et narratives de son oeuvre romanesque. Les illustrations de Charles Brouty, fin connaisseur de l'Algérie, ne sont pas de simples « mises en images » mais s'intègrent véritablement au texte pour s'y fondre et lui donner du relief. Les visions des deux auteurs, l'artiste et l'écrivain, se mélangent ainsi et donnent à ce livre toute sa saveur; l'évocation de la Kabylie, de ses paysages comme de ses habitants, y prend une dimension aussi pudique et sensible que poignante.
Littérature kabyle : Jours de Kabylie, de Mouloud Feraoun

La Fatiha née en France et mariée et Kabylie
de Jamila Ait-Abbas.

Ce livre nous montre que des traditions ancestrales sont encore au goût du jour, que dans certaines populations, les femmes n'ont pas à exprimer leurs idées ou leurs choix. Très bien écrit, on se prend d'affection pour la jeune fille qui devient malgré elle une femme soumise mais qui, par son courage, arrive à s'en sortir.

Littérature kabyle : La Fatiha née en France et mariée et Kabylie

Histoire de ma vie
de Amrouche.
Une femme souffre en général dans sa vie, la nature l'a mal dotée.. l'homme l'a déformée... la société l'a chroniquée!
Et une femme kabyle quand elle est kabyle en gobe beaucoup plus.
Fathma Amrouche nous raconte dans un livre "passionnant" l'histoire de ses souffrances: l'histoire de sa vie, l'histoire de vie de toutes les femmes...
Littérature kabyle : Histoire de ma vie

Proverbes berbères de Kabylie: Texte berbère et traduction : inzan, de Ait Ahhmed-Slimani S.
Ces proverbes, outre leurs traits poétiques et métaphoriques, donnent une bonne illustration de la vie quotidienne et reflètent certains aspects culturels d'un peuple. Pour fustiger les bavardages inutiles, on compare une " langue bavarde " à " un agencement de pierres qui s'écroulent ". On respecte le bien d'autrui mais on cherche à sauvegarder ses propres intérêts. On critique les égoïstes et les richesses trop voyantes. On dénonce l'injustice et on vole au secours de celui qui a été mal récompensé. Au besoin, on fait parler certains animaux (l'âne, le boeuf, le chacal, la jument, le chien, le serpent) pour mieux blâmer l'ingratitude ou la méchanceté. On loue l'économie et le travail, on dénonce ceux qui profitent du labeur d'autrui.
Littérature kabyle : Proverbes berbères de Kabylie
L'intelligence et la vivacité d'esprit, le courage et la prudence sont bien vus, au besoin on approuve la ruse. Les paroles méchantes " ne cessent de creuser " alors qu'une " blessure creuse mais guérit ", mais souvent il faut composer avec " les insultes qui ne sont que des mots ". On condamne les faux-dévots et ceux qui quémandent mais on offre de la nourriture à l'indigent du village ou au mendiant de passage. On égratigne les étrangers venus s'installer par l'usage de la force et qui cherchent ensuite à imposer leurs lois.

Orgueilleuse Kabylie, numéro 4 : Générations mutants
de Abdelkader Chemini Shamy.
Syphax, depuis la fugue de sa soeur Nya, son aînée d'un an, ne regardait plus de la même façon ses parents ni le reste de la société. Ils étaient responsables, assurait-il, de toutes les déchirures subies par les enfants de sa génération, agressés chez eux comme dans la rue. Toutes les certitudes dont ils avaient été bercés dans leur prime jeunesse étaient à présent obsolètes, vides de sens. Leurs esprits étaient obsédés par toutes les promesses parentales non tenues et celles de ce pays natal, la France, affirmant qu'elles feraient d'eux des citoyens à part entière. Ces phrases étalées dans la presse nesignifiaient plus rien désormais. La manière dont on les dévisageait tous les jours arrivait à convaincre les plus réticents qu'on ne désirait guère leur présence ici, ...

Littérature kabyle : Orgueilleuse Kabylie
comme hélas dans le pays d'origine de leurs parents. Durant les séjours au village, ces enfants se sentaient autres, désignés du doigt, mutants nés d'une société hostile. En quête vaine de repères, ils étaient assurés de l'état d'esprit ambiant : on se serait volontiers passé d'eux... " Dorénavant, étaient-ils tentés de dire, nous agirons à notre guise, guidés par nos instincts soi-disant primitifs... Nous irons déchirer vos quiétudes, perturber votre ennuyeux quotidien. Votre confort égpïste vous préoccupe ? Croyez bien ! Nous nous appliquerons à vous faire endurer nos lois dévastatrices. réactives aux vôtres, qui nous dégoûtent. Nous serons ces barbares, ces casseurs qui vous empêchent de dormir, hantent vos rêves. Les dirigeants de cette société ont fait de nous des laissés-pour-compte. Aveugles et sourds à nos détresses, eh bien qu'ils payent !

Contes magiques de Haute Kabylie
de Ait Mohamed Salima.
Pour " conjurer sa solitude, exorciser les démons de sa douleur et défier sa peur ", Salima Aït Mohamed nous offre tous les textes qui ont bercé son enfance. Au-delà d'une indéniable note orientale, ses contes kabyles nous montrent la permanence des passions, des désirs et des travers humains. Princes, sorcières, ogres, la Petite-Fille-aux-Cheveux-de-Lumière, la Princesse Clair-de-Lune, Charme-de-la-Vie, toute une galerie de portraits qui nous entraîne dans une véritable ronde magique. Amour, amitié, sagesse triomphent toujours des manouvres, des intrigues diverses, rongées par l'envie et la jalousie. C'est par la magie de ses contes que Salima Aït Mohamed nous propose la vision métaphorique d'un monde - le nôtre - où le bien et le mal, sans cesse, nous prennent à témoin, si ce n'est en otage.
Littérature kabyle : Contes magiques de Haute Kabylie

La kabylie, de Eugène Daumas.
« Qu'est-ce que la Kabylie? Qu'est-ce que cette contrée dont le nom a si souvent retenti dans la presse, comme autrefois dans nos discussions publiques? Qu'est-ce que cette région insoumise au milieu d'un pays qui, des frontières du Maroc à celles de Tunis, reconnaît notre pouvoir? Qu'est-elle au point de vue de la topographie, des habitants, de leurs moeurs, de leur organisation sociale et politique? Ces diverses questions empruntent un caractère d'actualité tout spécial à l'expédition qui vient d'être dirigée contre quelques tribus kabyles révoltées; elles en acquièrent un bien plus grand de l'intention annoncée, de compléter, au printemps, la conquête de ce vaste pâté de montagnes sur lesquelles nul, jusqu'à ce jour, pas même les Romains, n'a pu asseoir sa domination. » , Broché (7 février 2001). 
Littérature kabyle : La kabylie, de Eugène Daumas.

Chants berbères de Kabylie, de Jean Amrouche.
Comme les aèdes de sa terre, Jean El Mouhoub est chargé de transmettre un message... Son angoisse et son drame viennent de ce qu'il est un poète sans auditoire... " Je viens d'écrire ces lignes poussé par un instinct irrésistible. Je jette un appel sachant très bien que nul ne répondra. " Il répétera inlassablement qu'il est orphelin... : " Connais-tu mon père et ma mère ? Où me montreras-tu ma patrie ? Car je n'ai ni père ni mère, je suis orphelin sans patrie. " Jean a le don de la parole mais sa parole à lui reste sans écho. Le poète dans sa terre natale est regardé un peu comme un prophète : un " démon " l'occupe (en berbère on dit : l'habite), mais le poète " démoniaque " a droit en retour à la reconnaissance, presque à la vénération : c'est un protecteur - protégé, il est la voix (et la voie) du ciel, il est la parole du groupe qu'il représente et par lequel il est représenté ; il est démiurge,
Littérature kabyle : Chants berbères de Kabylie, de Jean Amrouche.
prophète, magistrat, ambassadeur, exorciste, il est clairvoyant, clairchantant... Il est la source à laquelle viennent boire les coeurs. Le poète n'est pas seulement poète (comme en Occident), " il participe d'un monde étranger... et supérieur au nôtre, quasi divin. Il est de l'essence des prophètes, c'est-à-dire des interprètes d'une puissance supérieure dont il n'est que la voix parmi nous. "

La terre et le sang, de Mouloud Feraoun.
Un couple qui a quitté la France entre dans Ighil-Nezman, un misérable village comme il y en a tant sur les crêtes du haut pays kabyle. L'espoir d'une existence neuve a poussé au départ ses époux : Marie, jeune Parisienne que la vie a meurtrie, et Amer qui revient vivre parmi les siens. Marie mènera une vie paisible de recluse enviée. Amer s'éprendra follement d'une autre femme. Et la tragédie se nouera, violente, sauvage, dans le décor de ces montagnes peuplées d'hommes rudes et fiers, au coeur de ce mode berbère qu'ignore l'Europe, et dont Mouloud Feraoun nous révèlent la vie la plus secrète. Roman de 1953 qui aborde la vie dans l'immigration et celle d'un foyer franco-algérien dans les montagnes de Kabylie.
Littérature kabyle : La terre et le sang, de Mouloud Feraoun.

FORUMS
Music
Poésie
Tchatche
Rencontres
© Kabylie 2015 | Charte | Recommandez-Nous | Plan | Archives | Contact